Marie, Félix Brunier

1841 - 1891

Informations générales
  • Né le 26 octobre 1841 à Annecy (Haute-Savoie - France)
  • Décédé le 5 novembre 1891 à Annecy (Haute-Savoie - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 29 avril 1888 au 14 octobre 1889
Département
Haute-Savoie
Groupe
Union des gauches
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 5 novembre 1891
Département
Haute-Savoie
Groupe
Union des gauches

Biographies

Député de 1888 à 1889, né à Annecy (Haute-Savoie), le 26 octobre 1841, il était avocat à Annecy.

En remplacement de M. Philippe, décédé, il fut élu le 29 avril 1888, député de la Haute-Savoie, avec 23 138 voix (41 909 votants, 79 410 inscrits), contre 14 500 à M. Machard ; il s'inscrivit à l'union des gauches et vota avec la majorité opportuniste.

Dans la dernière session, il s'est prononcé:

- pour le rétablissement du scrutin uninominal (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution (14 février),
- pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes (14 mars),
- pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse (2 avril),
- pour les poursuites contre le général Boulanger (4 avril).


Né le 26 octobre 1841 à Annecy (Haute-Savoie), mort le 5 novembre 1891 à Annecy.

Député de la Haute-Savoie de 1888 à 1891.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. 1, p. 521)

Réélu aux élections générales du 22 septembre 1889 dans la circonscription d'Annecy, au premier tour de scrutin, par 10.545 voix contre 6.742 à M. de Villette, il fut nommé membre de diverses commissions, et prit part à la discussion du budget de l'instruction publique de l'exercice 1891 à propos du Lycée d'Annecy, puis à celle du budget des finances du même exercice pour demander la constitution d'une Commission de Sénateurs et de Députés chargée d'examiner les questions se rattachant au cadastre (1890).

Il mourut d'une manière imprévue, à la suite d'un accident de chasse, le 5 novembre 1891 aux environs immédiats d'Annecy, au lieudit Moulin Rouge.

Le Président Charles Floquet prononça son éloge funèbre à la séance du même jour: « M. Brunier, déclara-t-il, avait acquis l'affectueuse estime de tous ceux qui eurent occasion de l'approcher, et il emporte les regrets de l'Assemblée entière. »


Retour haut de page