Jules, Alexandre, Joseph Estissac de La Rochefoucauld

1796 - 1856

Informations générales
  • Né le 22 janvier 1796 à Mello (Oise - France)
  • Décédé le 21 avril 1856 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 28 octobre 1830 au 31 mai 1831
Département
Loiret
Groupe
Minorité libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Loiret
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Loiret
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1837, et pair de France, né à Mello (Oise) le 22 janvier 1796, mort à Paris le 21 avril 1856, « fils de sieur François-Alexandre de La Rochefoucauld, propriétaire, domicilié en la commune de Mello, et de dame Adélaïde-Marie-Françoise Pivart de Chatelet », il entra en 1812 à l'Ecole militaire de Saint-Germain.

En 1814, il fut nommé par Napoléon officier au 4e régiment de chasseurs à cheval ; il prit part (1815) aux divers engagements qui eurent lieu sous les murs de Paris, et fut spécialement chargé, sous les ordres du général de Gally, de défendre Neuilly, Sèvres et Saint-Cloud. En 1819, le maréchal Gouvion Saint-Cyr, ministre de la Guerre, lui confia la rédaction d'une des parties historiques du dépôt de la guerre, celle qui concernait la campagne d'Allemagne. Aide-de-camp du duc d'Orléans en 1828, il perdit cette année là son beau-père, le général Dessolles. Or, à l'époque de son mariage, il avait eu, paraît-il, verbalement, la promesse d'hériter de la pairie du général; mais les relations du comte de La Rochefoucauld avec le duc d'Orléans détournèrent Charles X de lui accorder cette faveur.

Lors de la révolution de 1830, le comte était à quinze lieues de Paris. Il accourut à la première nouvelle des événements, arriva le 29 à Neuilly, et ne quitta plus Louis-Philippe qui le garda auprès de lui comme aide-de-camp.

Elu, le 28 octobre suivant, député du Loiret, au collège de département, par 600 voix sur 935 votants et 1,408 inscrits, en remplacement de M. de Riccé nommé préfet, il prit place dans la majorité conservatrice et gouvernementale, avec laquelle il vota régulierement jusqu en 1837, avant obtenu sa réélection, le 5 juillet 1831, dans le 1er collège du Loiret (Pithiviers) par 193 voix (378 votants, 449 inscrits, contre 170 à M. Laisné de Villévêque et, le 21 juin 1834, par 175 voix (315 votants, 394 inscrits), contre 126 au même concurrent.

A la Chambre, il demanda que les membres de l'Institut fussent électeurs, à la condition de payer la moitié du cens électoral; il appuya l'augmentation du traitement des ambassadeurs, et vota les lois de septembre 1835. M. de La Rochefoucauld échoua au renouvellement de 1837, et fut remplacé par M. Lejeune.

Le 7 novembre 1839, une ordonnance royale l'éleva à la pairie. Il soutint de ses votes, au Luxembourg, la monarchie de juillet, et fut rendu à la vie privée par la révolution de 1848. Officier de la Légion d'honneur, il fut admis à la retraite avec le grade de colonel d'état-major.

Date de mise à jour : juin 2013

Retour haut de page