Charles, Marie de Bryas

1820 - 1879

Informations générales
  • Né le 3 octobre 1820 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 16 février 1879 à Cannes (Alpes-Maritimes - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Pas-de-Calais
Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Frère de Charles Raymond de Bryas qui avait été député sous Louis-Philippe, représentant du peuple à l'Assemblée législative de 1849, puis représentant à l'Assemblée nationale de 1871, né à Paris, le 3 octobre 1820, mort à Cannes, le 16 février 1879, il était un riche propriétaire du Pas-de-Calais.

Ce département le nomma, le 13 mai 1849, représentant à l'Assemblée législative, le 6e sur 15, par 80,063 voix (129,691 votants, 194,088 inscrits); il y vota constamment avec la droite, pour l'expédition romaine, pour les lois sur l'enseignement, sur la presse, sur le suffrage universel, etc.

M. C.-M. de Bryas, qui était légitimiste, ne se rallia pas au coup d'Etat de décembre. Il ne brigua, sous l'Empire, aucun mandat, et ne se représenta aux suffrages des électeurs du Pas-de-Calais que le 8 février 1871. Il redevint alors, par 136,483 voix (139,532 votants, 206,432 inscrits) représentant de ce département, s'inscrivit, dans l'Assemblée nationale, à la réunion Colbert et à celle des Réservoirs, et vota avec la droite :

- 1er mars 1871, pour la paix;
- 16 mai, pour les prières publiques;
- 10 juin, pour l'abrogation des lois d'exil;
- 30 août, pour le pouvoir constituant de l'Assemblée ;
- 3 février 1872, contre le retour de l'Assemblée à Paris;
- 24 mai 1873, pour l'acceptation de la démission de Thiers;
- 19-20 novembre, pour la prorogation des pouvoirs du maréchal;
- 20 janvier 1874, pour la loi des maires;
- 30 janvier 1875, contre l'amendement Wallon;
- 11 février, contre l'amendement Pascal Duprat.

M. de Bryas s'abstint, le 25 février 1875, de prendre part au vote sur l'ensemble des lois constitutionnelles, et ne fit pas partie d'autres législatures.


Retour haut de page