Pierre du Bouchet ou Dubouchet

1737 - 1818

Informations générales
  • Né le 13 septembre 1737 à Thiers (Puy-de-Dôme - France)
  • Décédé le 24 mars 1818 à Constance (Suisse)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 27 juin 1792 au 20 septembre 1792
Département
Rhône-et-Loire
Groupe
Gauche
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 5 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Rhône
Groupe
Montagne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791, membre de la Convention, né à Thiers (Puy-de-Dôme) le 13 septembre 1737, mort en exil en 1825, il était fils d'un fabricant de papier. Il se fit recevoir médecin et s'établit à Montbrison.

Le 4 septembre 1791, il fut élu suppléant à l'Assemblée législative par le département de Rhône-et-Loire, avec 196 voix sur 349 votants, et ne fut admis à siéger que le 27 juin 1792, en remplacement de M. Jovin-Molle, démissionnaire.

Réélu par le même département membre de la Convention (5 septembre 1792), le 4e sur 15, avec 735 voix sur 835 votants, il siégea à la Montagne, et, dans le procès du roi, répondit au 3e appel nominal : « Je vote pour la mort du tyran. »

Dans la séance du 25 juin 1793, Bernard des Sablons ayant demandé un congé, Dubouchet s'y opposa : « Il est souverainement imprudent, dit-il, d'accorder des congés dans ce moment ; on doit craindre que ce ne soient des intrigants qui aillent dans les départements pour égarer les citoyens. » La Convention rapporta le congé accordé.

Envoyé en mission en Seine-et-Marne (juillet 1793), il se fit remarquer par un luxe de costume inusité chez un représentant du peuple ; il rendit compte de cette mission à la Convention, le 28 brumaire an II. Il fit décréter (7 frimaire) une amnistie pour les troubles causés par la cherté des grains ; défendit (24 pluviôse) les actes du tribunal révolutionnaire de « Commune Affranchie » (Lyon) ; fit renvoyer au Comité de Salut public l'examen des plaintes portées contre lui ; s'opposa à l'arrestation de Lebon (15 thermidor) ; prit part à la discussion du Code civil (16 frimaire au III) ; s'opposa (16 pluviôse) à l'envoi de représentants aux colonies, en disant : « Je reconnais combien le commerce de l'Inde est important ; mais dans ce moment je pense qu'il faut diriger toutes nos forces navales contre l'orgueilleuse Angleterre ; Carthage pensait ainsi. S'il n'y avait pas eu de faction dans le Sénat de Carthage, Hannon serait parti deux mois plus tôt, et Rome n'existerait peut-être plus. »

Après la session, il revint exercer la médecine à Montbrison.

La loi du 12 janvier 1816 contre les régicides l'obligea de quitter la France. Il se réfugia en Allemagne où il mourut.


Retour haut de page