Jean Jay de Sainte-Foy

1743 - 1807

Informations générales
  • Né le 30 décembre 1743 à Sainte-foy-la-grande (Gironde - France)
  • Décédé le 9 septembre 1807 à Nougarède (Dordogne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 3 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Gironde
Groupe
Majorité réformatrice
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 6 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Gironde
Groupe
Montagne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791, membre de la Convention, né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) le 30 décembre 1743, mort à Nougaret, près de Fleix (Dordogne), le 9 septembre 1807, d'une famille protestante originaire de Castillon-sur-Dordogne, il fit ses études théologiques à Genève, fut « ministre du salut Evangile » en Hollande, et rentra en France au début de la Révolution.

Qualifié avocat et nommé, en 1791, administrateur du département de la Gironde, il fut élu, le 3 septembre 1791, député de ce département à l'Assemblée législative, le 10e sur 12, à la pluralité des voix (469 votants); il vota avec la majorité, et fut réélu, le 6 septembre 1792, par le même département, député à la Convention, le 5e sur 10, avec 418 voix (646 votants).

Il siégea à la Montagne, et déclara, lors du procès du roi, au 3c appel nominal :
« Je vote pour la peine de mort. »

Il donna son opinion sur l'instruction publique, fit proroger les pouvoirs du comité de salut public, devint secrétaire de la Convention, présida le club des Jacobins, et, dans la séance du 26 juin 1794, donna, d'après une lettre reçue d'un membre du district de Bordeaux, connaissance de certains détails relatifs à l'arrestation des girondins Guadet, Salles et Barbaroux.

Non réélu après la session à l'un ou à l'autre des nouveaux Conseils, il devint plus tard pasteur de l'église de Fleix (Dordogne), et y exerça le ministère jusqu'à sa mort.

Retour haut de page