Maurice, Jean, Marie Burrus

1882 - 1959

Informations générales
  • Né le 8 mars 1882 à Sainte-marie-aux-mines (Haut-Rhin - France)
  • Décédé le 5 décembre 1959 à Lausanne (Suisse)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Haut-Rhin
Groupe
Indépendants de gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 26 avril 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Haut-Rhin
Groupe
Indépendants d'action populaire

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 8 mars 1882 à Sainte-Croix-aux-Mines (Haut-Rhin), mort le 5 décembre 1959 à Lausanne (Suisse).

Député du Haut-Rhin de 1932 à 1942.

Maurice Burrus appartenait à une famille d'industriels de Sainte-Croix-aux-Mines. Il fit ses études à Dole, puis au collège Stanislas à Paris. Bachelier, il partit pour Hanovre en vue de s'initier à la langue allemande et à la pratique bancaire. Revenu à Sainte-Croix-aux-Mines, il prit la direction de la manufacture de tabac familiale. Il fit également des voyages en Asie-Mineure, au Mexique, au Canada, aux Etats-Unis. Pendant la guerre de 1914-1918, il manifesta ses sentiments anti-allemands en refusant notamment de fournir du tabac aux armées allemandes et fut condamné à huit mois de prison, puis expulsé d'Alsace. Tous ses biens furent saisis et liquidés. Il reçut la Croix de guerre, la Médaille de la fidélité, et la Médaille des Proscrits d'Alsace, qu'il présidait.

Il se présenta aux élections générales législatives des 1" et 8 mai 1932, dans la circonscription de Ribeauvillé comme « indépendant » ; il fut élu au deuxième tour de scrutin, par 7.593 voix sur 12.446 votants. Membre des Commissions de l'Alsace-Lorraine, du travail et des régions libérées, il déposa ou rapporta plusieurs propositions de loi destinées à régler la situation spéciale des Alsaciens-Lorrains. Il participa à la discussion du budget des services d'Alsace-Lorraine pour 1933 et 1934. Il intervint également à propos de l'assainissement du marché du vin (1934) et présenta, en 1936, un contreprojet de réforme électorale. En 1934, il fut élu conseiller général du canton de Sainte-Marie-aux-Mines et le resta jusqu'en 1940.

Réélu dans sa circonscription aux élections générales législatives du 26 avril 1936 au premier tour de scrutin, par 7.434 voix sur 11.314 votants, il resta membre de la Commission de l'Alsace-Lorraine et entra à la Commission des boissons.

Il participa à la discussion du collectif de 1936 pour l'agriculture et à celle du projet de loi relatif à la conciliation et à l'arbitrage (1936).

Maurice Burrus a voté la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 à Vichy et s'est retiré par la suite de la vie politique. Décédé en 1959 à Lausanne à 77 ans, il fit des legs importants à sa commune natale de Sainte-Croix-aux-Mines - 150 millions d'anciens francs - à l'hôpital, à l'église et au club sportif de cette localité - 10 millions - et au club vosgien - 10 millions.

Maurice Burrus était un des plus grands philatélistes du monde. Sa collection, évaluée à 3 milliards de francs comprenait 700 albums.




Né le 8 mars 1882 à Sainte-Croix-aux-Mines (Haut-Rhin)

Décédé le 5 décembre 1959 à Lausanne (Suisse)

Député du Haut-Rhin de 1932 à 1942

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome II, p. 811)

Pendant l'Occupation, Maurice Burrus réside à Vaison-la-Romaine (Vaucluse).

Après la Libération, il sollicite le Jury d'honneur afin d'être relevé de l'inéligibilité qui le frappait en raison de son vote du 10 juillet 1940, favorable au projet de loi portant révision constitutionnelle. Par sa décision du 16 mai 1945, cette instance estime que l'ancien député « n'a pas accompli d'actes impliquant une participation à la lutte contre l'ennemi ou l'usurpateur » et rejette sa demande.


Retour haut de page