Alexandre, Jacques, Pierre Périer

1774 - 1846

Informations générales
  • Né le 25 décembre 1774 à Grenoble (Isère - France)
  • Décédé le 14 décembre 1846 à Montargis (Loiret - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 20 septembre 1817 au 1er mai 1822
Département
Loiret
Groupe
Opposition
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 9 mai 1822 au 24 décembre 1823
Département
Loiret
Groupe
Opposition
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Loiret
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 12 juillet 1830 au 31 mai 1831
Département
Loiret
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1817 à 1823 et de 1827 à 1831, né à Grenoble (Isère) le 25 décembre 1774, mort à Montargis (Loiret) le 14 décembre 1846, frère de Casimir Périer, il s'établit comme manufacturier à Montargis où il ne tarda pas à acquérir une grande situation.

Elu, le 20 septembre 1817, député du grand collège du Loiret, par 638 voix (726 votants, 1,520 inscrits), il fit aux ministres du roi une opposition silencieuse, et fut réélu, le 9 mai 1822, dans le 2e arrondissement électoral du Loiret (Gien), par 156 voix (293 votants, 366 inscrits), contre 133 voix à M. Henry de Longuève; les élections du 25 février 1824 ne lui furent pas favorables; il échoua avec 100 voix contre 179 à l'élu, M. Henry de Longuève. Il reprit sa place au parlement le 17 novembre 1827, élu par 141 voix (257 votants, 297 inscrits), contre 113 au comte de l'Estrade, et fut également réélu, le 12 juillet 1830, par 192 voix (283 votants, 332 inscrits), contre 90 voix à M. de l'Estrade.

Nommé maire de Montargis le 23 juin 1819, membre et président du conseil général du Loiret, il inclina peu à peu vers la majorité ministérielle, vota les deux lois d'exception et la nouvelle loi électorale, et repoussa l'Adresse des 221. Il quitta la vie politique aux élections de 1831.


Retour haut de page