Gabriel, Hyacinthe Couppé de Kervennou

1757 - 1832

Informations générales
  • Né le 15 mars 1757 à Lannion (Côtes d'Armor - France)
  • Décédé le 23 février 1832 à Tonquédec (Côtes d'Armor - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 14 avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Lannion - Morlaix - Bretagne (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Tiers-Etat
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 6 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Girondins
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 5 juin 1799
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Droite
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 4 janvier 1802 au 4 juin 1814
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée constituante de 1789, membre de la Convention, député au Conseil des Cinq-Cents et au Corps législatif de l'an XII à 1815, né à Lannion (Côtes-du-Nord), le 15 mars 1757, mort à Tonquédec (Côtes-du-Nord), le 25 février 1832, il était issu d'une famille qui, durant le XVIIIe siècle, occupa des charges municipales et judiciaires à Lannion.

Il était le fils de « noble maître Hyacinthe-François Couppé de Kervennou », maire de la ville et alloué au siège royal, et de « Marie-Thérèse Salion ». On destinait le jeune homme à l'état militaire, mais il préféra la robe à l'épée, et se fit recevoir avocat au parlement de Rennes. En 1786, il était pourvu de la charge de sénéchal de la juridiction royale de Tréguier.

Le 14 avril 1789, la sénéchaussée de Lannion le nomma député du tiers aux Etats-Généraux. Couppé alla siéger à gauche et fit presque constamment partie du comité des rapports. Il parla sur le rachat des rentes et demanda une exception pour les domaines congéables. Au moment de la division de la France par départements, il observa que la base territoriale était vicieuse dans le pays inculte des landes de Bretagne, et insista pour que le comité chargé des arrondissements fût nommé par la généralité. Il donna aussi son avis sur le traitement des officiers de justice et des administrateurs, et demanda, à la fin de la session, la suspension du traitement des militaires et des ecclésiastiques qui seraient élus à l'Assemblée législative. En qualité de secrétaire, il signa la Constitution de 1791.

A son retour dans son pays, il fut nommé juge au tribunal de district de Lannion, puis président.

Le 6 septembre 1792, le département des Côtes-du-Nord l'élut, le 1er sur 8, avec 292 voix sur 517 votants, membre de la Convention. Il vota d'abord avec la Gironde, demanda le décret d'accusation contre le général Arthur Dillon et, lors du procès de Louis XVI, s'exprima ainsi : « Deux peines ont été prononcées coutre Louis. Les opinions pour ou contre se balancent. Je choisis la plus douce. Je vote pour la réclusion ». Il opina, en outre, pour le sursis, quand la mort eut été décidée. Inclinant de plus en plus vers le « modérantisme ».

Couppé signa la protestation des 73 contre le 31 mai, et fut obligé de prendre la fuite. Mais il fut arrêté à Mantes, le 9 juillet, ramené à Paris, considéré par l'assemblée comme démissionnaire, remplacé par le premier suppléant Coupard (V. ce nom), et écroué à la Conciergerie et de là à la Force, d'où le tira le 9 thermidor.

Rentré à la Convention, le 18 frimaire an III, sur la demande de Guyomar, de Guingamp, qui fit rapporter le décret par lequel ses collègues l'avaient déclaré démissionnaire, il s'associa à tous les votes comme à tous les actes des thermidoriens, et demanda un rapport sur les représentants « dénoncés comme complices de Robespierre ». En 1795, il fut envoyé en mission dans la Seine-Inférieure pour activer l'arrivage des subsistances attendues à Paris.

Passé, le 23 vendémiaire an IV, avec 196 voix (379 votants) au Conseil des Cinq-Cents, où l'avaient élu cinq départements à la fois, les Côtes-du-Nord, la Somme, la Seine-Inférieure, le Finistère et le Morbihan, il siégea jusqu'en prairial an VII dans la nouvelle assemblée, où ses motions furent assez fréquentes. Partisan de la contre-révolution, il appuya une demande présentée au Conseil pour enlever aux enfants les noms de Marat, Robespierre, qu'on leur avait donnés sous le régime révolutionnaire. Un autre jour, il persifla le rapport de Duplantier sur les sociétés populaires et s'opposa à son impression. Il se prononça pour les impôts indirects, etc.

Après le coup d'Etat de brumaire, il devint juge au tribunal d'appel de Rennes (12 floréal an VIII), fut promu, le 12 floréal an X, président du tribunal criminel de Saint-Brieuc, et reçut, le 25 prairial an XII, la décoration de la Légion d'honneur.

La même année (14 nivôse), il entra au Corps législatif par décision du Sénat conservateur, pour y représenter le département des Côtes-du-Nord. Ce mandat lui fut confirmé, le 2 mai 1809, et il l'exerça jusqu'à la fin de l'Empire. Lors de la réorganisation judiciaire, il fut nommé (14 avril 1811) conseiller à la cour impériale de Rennes.

Destitué de son siège par la seconde Restauration, il se retira dans son château de Tonquédec, où il vécut jusqu'à sa mort. Il avait été créé chevalier de l'Empire le 5 décembre 1811.


Retour haut de page