Jean-François, Pierre Poulain de Corbion

1743 - 1799

Informations générales
  • Né le 10 juin 1743 à Quintin (Côtes d'Armor - France)
  • Décédé le 28 octobre 1799 à Saint-brieuc (Côtes d'Armor - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 13 avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Saint-Brieuc - Bretagne (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Tiers-Etat

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789, né à Quintin (Côtes-du-Nord) le 10 juin 1743, mort à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord) le 28 octobre 1799, « fils de René Poulain, sénéchal, et de Jeanne-Suzanne Dargaray », il se fit recevoir avocat au parlement, et vint se fixer à Saint-Brieuc.

Maire de cette ville (3 décembre 1779, commandant de la milice bourgeoise (1780), il se montra favorable aux idées nouvelles, publia une brochure : La poule au pot (1788), en faveur des paysans, « classe respectable qui est la nourrice des autres classes de citoyens », et fut élu, le 13 avril 1789, député du tiers de la sénéchaussée de Saint-Brieuc aux états généraux.

Son rôle à l'Assemblée fut des plus obscurs, et les procès-verbaux ne mentionneraient pas son nom, s'il n'avait pas fait partie du comité des recherches.

Il suivit la majorité, prêta le serment du Jeu de paume, fit partie (10 octobre 1789) de la députation chargée de présenter au roi les articles décrétés sur la jurisprudence criminelle, prêta le serment civique (4 mars 1790), et fut adjoint au comité des rapports, à celui des recherches et à celui de la marine.

Le 19 août 1789, ses concitoyens l'avaient choisi pour colonel des volontaires nationaux.

Après la session, il fut réélu maire de Saint-Brieuc (9 novembre 1791) ; il refusa ces fonctions, devint membre du directoire du département, puis (1792) juge au tribunal de commerce.

Il se tint à l'écart sous la Terreur, fut nommé après thermidor, par les représentants en mission, procureur de la commune de « Port-Brieuc » (11 prairial an III), fonctions qu'il remplit à partir du 9 brumaire an VI sous le titre de commissaire du Directoire exécutif près la municipalité.

Lors de la prise de Saint-Brieuc par les Chouans, le 28 octobre 1799, Poulain de Corbion fut tué dans la rue, en essayant de fuir à la faveur de la nuit (4 heures du matin).


Retour haut de page