Joseph, Marie, Augustin Cadic

1886 - 1971

Informations générales
  • Né le 5 septembre 1886 à Noyal-pontivy (Morbihan - France)
  • Décédé le 7 mai 1971 à Noyal-pontivy (Mayenne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Morbihan
Groupe
Union républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 29 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Morbihan
Groupe
Union républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 26 avril 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Morbihan
Groupe
Non inscrit
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 8 décembre 1958
Département
Morbihan
Groupe
Paysan

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 5 septembre 1886 à Noyal-Pontivy (Morbihan).

Député du Morbihan de 1924 à 1932, de 1936 à 1942 et de 1956 à 1958, Joseph Cadic exploite, depuis 35 années, une ferme à Noyal-Pontivy, sa commune natale. Il se maria jeune -et eut neuf enfants. Attiré par la politique, il devint Conseiller municipal de Noyal-Pontivy en 1919. Il avait fondé le syndicat agricole, les mutuelles et la caisse rurale pour lesquels il se dépensait sans compter, avec le plus grand dévouement.

Lorsqu'il se présenta aux élections générales législatives du 11 mai 1924 dans le département du Morbihan sur la liste de la Fédération républicaine indépendante, il fut élu aisément par 55.368 voix sur 114.027 votants.

Inscrit au groupe de l'Union républicaine démocratique, il siégea à la Commission des douanes et des conventions commerciales (1924) ; et à celle de l'agriculture (1926). Les questions agricoles et les problèmes sociaux lui tenaient particulièrement à cœur. C'est ainsi qu'il demanda à interpeller sur l'odyssée malheureuse de nombreux ouvriers agricoles bretons qui se virent évincés en Beauce et dans le Centre par la main-d'œuvre polonaise qui offrait son travail au rabais, provoquant ainsi le chômage et une baisse de salaires hors de proportion avec le coût de la vie.

Elu maire de Noyal-Pontivy en 1925, il en entreprit aussitôt l'électrification et, en moins de deux ans, dota sa commune de 26 postes de transformation. (Ces travaux qui coûtèrent à l'époque 1.300.000 francs couvrirent tous les besoins communaux en électricité), Aux élections générales des 22 et 29 avril 1928 (retour au scrutin d'arrondissement) il fut élu, au deuxième tour de scrutin, député de la première circonscription de Pontivy par 7.515 voix, contre 7.373 à M. Gaul, son concurrent le plus favorisé. Membre de la Commission de l'agriculture, ainsi que sous la précédente législature, il s'intéressa : au cours du blé, à la vente des issues et céréales (1929) ; au barrage de Guerleden, sur le canal de Nantes à Brest (1929); aux voies navigables (1929). Il ne perdit jamais de vue les intérêts des petits exploitants qui, obligés de vendre leur blé aussitôt la récolte terminée, risquaient d'être victimes des spéculateurs (1929). Ses préoccupations sociales l'amenèrent à s'intéresser spécialement à l'assistance aux vieillards, aux infirmes, aux incurables ; à l'allocation aux familles dont les soutiens étaient sous les drapeaux ; aux Caisses de crédits agricoles; aux baux à ferme (1931). Citons aussi son rapport sur la proposition de loi de M. Laurent Bonnevay, tendant à étendre aux anciens combattants, désireux d'acquérir une petite propriété rurale, les réductions d'intérêts consenties aux pensionnés militaires et aux victimes civiles de la guerre par la loi du 5 août 1920 sur le crédit mutuel de la corporation agricole.

Aux élections générales du 1" mai 1932, il fut battu par M. Paul Lotz qui obtint 8.445 voix contre 6.988 à lui-même. Mais il reconquit son siège aux élections générales du 26 avril 1936. Il remporta 7.488 voix, battant ainsi M. Le Pennec qui en obtint 6.449.

Durant cette législature, il revint sur les questions agricoles et sociales qui furent toujours au premier rang de ses préoccupations. Il participa à de nombreuses discussions notamment sur : la semaine de quarante heures dans les établissements industriels et commerciaux et la fixation de la durée du travail dans les mines souterraines de charbon (1936) ; l'exécution d'un plan de grands travaux destinés à lutter contre le chômage (1936) ; le tarif douanier et la lutte contre le dumping (1937) ; l'amélioration des rapports entre producteurs agricoles, commerçants et industriels par la conclusion de conventions collectives (1937) ; l'octroi de délais aux débiteurs de bonne foi pour le règlement des dettes agricoles (1937). Il demanda à interpeller sur : les mesures susceptibles d'arrêter la désertion des campagnes et de rétablir l'équilibre du point de vue social et familial, entre la situation des ouvriers agricoles et celle des autre travailleurs (1937); la réouverture, en 1938, de l'Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne (1937). Il s'inquiéta de nouveau du boycottage de la main-d'œuvre nationale agricole par des ouvriers étrangers travaillant à vil prix, notamment aux travaux de la moisson et à l'arrachage des betteraves (1938.)

La guerre survint. Le 10 juillet 1940, il vota les pouvoirs constituants au maréchal Pétain, ce qui lui vaudra d'être déclaré inéligible après la Libération. Arrêté par les Allemands et révoqué par eux de ses mandats de maire et de conseiller municipal, il retrouva ces fonctions après la Libération comme il retrouvera, aux élections législatives du 2 janvier 1956, son siège de député du Morbihan. (L'inéligibilité fut supprimée par l'effet de la loi du 6 août 1953- article 19). Il se présenta sur la liste d'Union des indépendants et des paysans et des républicains nationaux sur laquelle il occupait la deuxième place et fut élu par 40.475 voix sur 282.231 votants.

A l'Assemblée, il s'intéressa, comme il l'avait fait antérieurement à la justice fiscale, à l'établissement d'un revenu minimum pour l'agriculteur exploitant par la vente de ses denrées à un prix suffisamment rémunérateur. Il ne se représenta pas aux élections législatives du 23 novembre 1958.

Toujours maire de Noyal-Pontivy, il termine actuellement ses travaux de voirie et envisage l'installation du service d'eau et du tout-à-l'égout dans la commune entière.

Il est grand-père de quinze petits-enfants.




Né le 5 septembre 1886 à Noyal-Pontivy (Morbihan)
Décédé le 7 mai 1971 à Noyal-Pontivy (Morbihan)

Député du Morbihan de 1924 à 1932, de 1936 à 1942 et de 1956 à 1958

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940, tome III, p. 828, 829)

Pendant l'Occupation, Joseph Cadic, maire de Noyal-Pontivy, rend service à des prisonniers de guerre demeurant dans le ressort de sa commune. En février 1941, se sentant menacé, il tente de franchir la ligne de démarcation. Arrêté par les Allemands à Moulins, il effectue un mois de prison avant de regagner le Morbihan et d'être en mai 1941, révoqué de son mandat de maire sous la pression des autorités d'Occupation.

A la Libération, par sa décision du 12 décembre 1945, le Jury d'honneur confirme l'inéligibilité qui le frappait en raison de son vote du 10 juillet 1940, favorable au projet de loi portant révision constitutionnelle.

Poursuivant l'exercice de sa profession d'exploitant agricole, il continue de se consacrer à la défense des agriculteurs du Morbihan puis se présente, avec succès, aux élections municipales d'avril 1953. Elu maire de Noyal-Pontivy, son inéligibilité qui sera supprimée par la loi du 6 août 1953, fut alors soulevée. Toutefois le caractère non suspensif du recours et la lenteur de la procédure lui permettent d'exercer son mandat jusqu'en mars 1956. Déclaré inéligible, il se présente avec succès à l'élection municipale organisée afin de pourvoir son siège devenu vacant puis ses collègues du Conseil le réélisent au poste de maire.

Un mois auparavant, aux élections législatives du 2 janvier 1956, Joseph Cadic occupait la deuxième place sur la liste des Indépendants et paysans conduite par Raymond Marcellin. Ses engagements électoraux insistent sur les libertés économiques et la défense de la « propriété privée, bouclier de la liberté individuelle », proposent la dissolution automatique de l'Assemblée après la chute de deux gouvernements et rappellent que les Indépendants se sont opposés à la Constitution de la IVe République. Ils indiquent l'adhésion de tous les candidats de la liste à l'Association parlementaire pour la liberté de l'enseignement et, faisant référence à la dernière guerre et à l'arme atomique, plaident en faveur du désarmement. Ils concluent sur l'anti-communisme et affirment : « l'Etat est fait pour l'individu et la famille, et non le contraire ».

Avec 13,9 % des suffrages exprimés, les Indépendants arrivent loin derrière le M.R.P. (33 %) mais sont aussi distancés par la S.F.I.O. (17,4 %) et le Parti communiste (16,2 %). Toutefois l'apparentement conclu entre le M.R.P., les Indépendants et les Républicains sociaux (5,4 %) dépasse la majorité absolue, permettant ainsi l'élection de deux députés indépendants, dont Joseph Cadic, sur les sept sièges à pourvoir.

Membre de la Commission de la marine marchande et des pêches et de celle des moyens de communication, Joseph Cadic consacre son activité parlementaire à la défense des agriculteurs et à l'investissement routier et ferroviaire, spécialement dans le monde rural. A plusieurs reprises, il interpelle le gouvernement sur sa politique agricole (28 février et 19 octobre 1956, 5 mars et 19 septembre 1957) et plaide en faveur de la parité entre les agriculteurs et les autres catégories sociales.

Apparenté au groupe des Indépendants et paysans d'action sociale, Joseph Cadic vote les pouvoirs spéciaux en Algérie (12 mars 1956), la confiance à Maurice Bourgès-Maunoury (12 juin 1957) et la ratification des traités instituant la C.E.E. et l'Euratom (9 juillet 1957). Il soutient la politique algérienne de Maurice Bourgès-Maunoury et Félix Gaillard mais refuse la confiance à ce dernier à propos de la mission des « Bons offices» entre la France et la Tunisie. Il entre alors dans l'opposition : contre l'investiture de Pierre Pfimlin (13 mai 1958), contre l'état d'urgence en métropole (16 mai 1958), contre le principe de la révision de certains articles de la Constitution (27 mai). Puis il soutient le général de Gaulle, vote la confiance le 1er juin 1958, les pleins pouvoirs et la révision constitutionnelle le 2 juin.


Retour haut de page