Joseph, Nicolas de Champeaux

1753 - 1815

Informations générales
  • Né le 24 juin 1753 à La chaume (Côte-d'Or - France)
  • Décédé le 21 juin 1815 à Montigny-le-bretonneux (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 28 mars 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Montfort-l'Amaury (Type : Bailliage)
Groupe
Clergé

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée constituante de 1789, né à la Chaume (Côte-d'Or), le 24 juin 1753, mort à Montigny (Seine-et-Oise), le 21 juin 1815, il était curé de cette dernière paroisse.

Elu, le 28 mars 1789, député du clergé aux Etats-Généraux par le bailliage de Montfort-l'Amaury, il se réunit au tiers-état dont il appuya les revendications dans l'Assemblée. Membre du « Comité des rapports », il dénonça le 18 février 1790, le marquis et la marquise de l'Epinay du Lut comme les instigateurs et les auteurs véritables d'une Adresse au roi, signée de douze personnes et remplie d'invectives contre l'Assemblée nationale. « On y désigne, dit Champeaux, les députés comme les destructeurs de la religion et les ennemis du monarque; on cherche à y soulever les campagnes contre les villes, notamment contre Paris, qu'on prétend s'être fait décharger des impôts pour en rejeter le poids sur les provinces. » L'Assemblée renvoya l'affaire au Châtelet.

Le 15 avril, Champeaux fut encore le rapporteur d'une affaire analogue. Il réclama le renvoi au Châtelet de « quelques lettres incendiaires qu'a fait imprimer M. l'évêque de Blois. Sous prétexte d'éclairer un ecclésiastique qu'il suppose l'avoir consulté, il s'élève contre les décrets de l'Assemblée nationale, blâme le serment civique, et cherche à le rendre nul; ailleurs il annonce que les moines qui quitteront leurs maisons ne pourront plus dire la messe dans son diocèse; qu'il défendra de les recevoir à confesse, excepté in articulo mortis. » L'Assemblée, dit le procès-verbal, se contente de plaindre M. l'évêque de Blois et décide qu'il n'y a pas lieu à délibérer sur ce point.

Plus tard, Champeaux se rallia à Napoléon et devint chevalier de l'Empire (23 octobre 1811).


Retour haut de page