Célestin,Marc Caïtucoli

1865 - 1935

Informations générales
  • Né le 12 janvier 1865 à Sollacaro (Corse-du-Sud - France)
  • Décédé le 12 mars 1935 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Corse
Groupe
Non inscrit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Corse
Groupe
Radical et radical-socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 12 janvier 1865 à Sollacaro (Corse), mort le 12 mars 1935 à Paris (16e).

Député de la Corse de 1919 à 1928.

Célestin Caitucoli débuta à Paris comme employé de commerce, puis retourna en Corse où il se mêla à la vie politique. Il fut élu Maire de Sollacaro sa commune natale et conseiller général de la Corse. Ayant considérablement développé ses activités commerciales et bancaires comme importateur-exportateur, il partit pour l'Amérique où il acquit une fortune importante.

A son retour en France il essaya par 2 fois en 1910 et en 1914, de se faire élire député de Sartène, mais en vain.

Il fut élu pour la première fois aux élections générales législatives du 16 novembre 1919 sur la liste du parti républicain démocratique où il occupait la troisième place. Il obtint 20.735 voix sur 46.016 votants.

Inscrit au groupe radical et radical-socialiste, il fut membre de la Commission de la marine marchande et de la Commission de l'Algérie, des colonies et des protectorats. Mais il se consacra surtout à la mise en valeur de la Corse, sur laquelle il avait réuni une importante documentation économique.

Il déposa en 1923 une proposition de résolution tendant à la nomination d'une commission spéciale ayant pour objet l'examen de tous projets ou propositions relatifs à la mise en valeur de l'île.

Il eut quelques ennuis en 1921 où il fut poursuivi pour spéculation illicite sur les produits alimentaires et dût payer une amende.

Réélu député le 11 mai 1924, sur la liste du parti républicain démocratique Corse, par 22.033 voix sur 45.928 votants, il conserva son siège à la Commission de la marine marchande et entra à celle chargée d'examiner les projets ou propositions relatifs à la mise en valeur du département de la Corse, et à la Commission de l'armée.

Il déposa deux propositions de loi tendant, l'une à modifier la loi du 9 juillet 1912 sur le régime douanier de la Corse (1924), l'autre ayant pour objet la mise en valeur de son île au moyen des prestations en nature (1926).

Il présenta en outre deux rapports sur les projets de loi concernant l'exploitation des services maritimes postaux et d'intérêt général entre la France continentale et la Corse (1926 et 1927).

Il participa à divers débats sur : la répartition du fonds de subvention destiné à venir en aide aux départements, les budgets de l'agriculture et des P.T.T. de l'exercice 1925 (1924) ; le budget de l'instruction publique de l'exercice 1926 (1925 et 1926) et le budget de l'agriculture de l'exercice 1927.

Il subit un échec aux élections générales du 22 avril 1928 qui marquèrent le retour au scrutin uninominal. Il n'obtint en effet que 3.887 voix contre 4.179 à M. De Rocca-Serra qui lui succéda dans la circonscription de Sartène.

Fixé à Paris, il y mourut le 12 mars 1935 âgé de 70 ans.


Retour haut de page