Philippe, Gaétan Mathieu-Faviers

1761 - 1833

Informations générales
  • Né le 11 décembre 1761 à Strasbourg (Bas-Rhin - France)
  • Décédé le 29 mars 1833 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Bas-Rhin
Groupe
Minorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1816, pair de France, né à Strasbourg (Bas-Rhin) le 11 décembre 1761, mort à Paris le 29 mars 1833, « fils de Pierre-François Mathieu, et de Elisabeth Lechasseur», il prit du service dans l'administration de l'armée, franchit successivement tous les grades, commissaire des guerres le 1er octobre 1791, ordonnateur provisoire le 29 novembre 1794, ordonnateur titulaire le 13 juin 1795, commissaire général à l'armée d'Helvétie et du Danube en 1799, et contribua à la victoire de Zurich.

L'année suivante, il exerça les mêmes fonctions à l'armée du Rhin, sous Moreau, assista à la bataille d'Hohenlinden, puis fut nommé inspecteur général aux revues. Commandeur de la Légion d'honneur (15 prairial an XII), il fit la campagne d'Austerlitz, puis celle de Prusse, et, après Eylau, dut faire vivre la grande armée avec les seules ressources des magasins d'Elberg et de la Nogat. Il reçut, en témoignage de satisfaction, le titre d'ordonnateur en chef de la grande armée.

Après la paix de Tilsitt, il alla en Espagne, le 4 octobre 1810, avec le même titre, et, sur l'ordre de l'Empereur, notifié par le major-général, il fut rappelé à la grande armée, comme ordonnateur en chef, le 30 août 1811. Nommé chevalier de Saint-Louis en 1814, il fut mis en non-activité en 1816, à la création des intendants militaires, ce corps ne comportant pas de grade équivalent au sien.

Elu, le 22 août 1815, député du grand collège du Bas-Rhin, par 90 voix (175 votants, 269 inscrits), il siégea dans la minorité de la Chambre introuvable, fut créé baron le 24 décembre 1817, et admis à la retraite, le 10 octobre 1821, comme commissaire ordonnateur en chef. Il vécut ensuite en dehors de la politique.

Le 20 avril 1831, il fut élevé à la dignité de grand-officier de la Légion d'honneur.


Retour haut de page