Adrien, Marie, Jean-Baptiste, Joseph, Rose Morgan de Belloy

1766 - 1834

Informations générales
  • Né le 30 janvier 1766 à Amiens (Somme - France)
  • Décédé le 9 novembre 1834 à Amiens (Somme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Somme
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 22 juillet 1820
Département
Somme
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1820 au 24 décembre 1823
Département
Somme
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1824, né à Amiens (Somme) le 30 janvier 1766, mort à Amiens le 9 novembre 1834, « fils de messire Marie-Jean-Baptiste Morgan, chevalier, ancien capitaine d'infanterie au régiment d'Orléans, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, et de dame Marie-Joséphine Roussel de Belloy », il fut maire d'Amiens de 1808 à 1816, chevalier de la Légion d'honneur le 30 juin 1811 et créé baron le 21 février 1814.

Il se rallia aux Bourbons, et fut élu député du grand collège de la Somme, le 22 août 1815, par 122 voix (197 votants, 259 inscrits), et fut réélu, le 4 octobre 1816, par 103 voix (186 votants, 252 inscrits), et le 13 novembre 1820, par 214 voix (306 votants). Il parla exclusivement et assez fréquemment sur les questions financières. Membre et rapporteur de la commission du budget dans la session de 1815-1816, il demanda, lors de la discussion sur la loi relative aux douanes, des mesures répressives contre la contrebande, et l'extinction des contrebandiers. En 1816-1817, il fut rapporteur du projet de loi sur les douanes, parla de nouveau sur les tarifs, sur les impôts et sur l'équilibre du budget, et demanda que, sur l'excédent des recettes, 26 millions fussent consacrés au dégrèvement de la propriété foncière; il réclama la suppression du droit d'enregistrement, et, en 1819, demanda des mesures propres à adoucir les charges des contribuables. L'année suivante, il fut encore rapporteur de la loi sur les douanes.

Ayant échoué aux élections du 6 mars 1824, avec 142 voix sur 354 votants, et à celles du 17 novembre 1827, dans le 2e arrondissement électoral de la Somme (Amiens), avec 192 voix contre 330 à l'élu M. Caumartin, il ne rentra plus dans la vie politique. Il a été promu au grade d'officier dans la Légion d''honneur le 1er mai 1821.

Date de mise à jour: mars 2015


Retour haut de page