Thomas, Jacques de Cotton

1766 - 1841

Informations générales
  • Né le 19 juin 1766 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 6 mars 1841 à Avignon (Vaucluse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Rhône
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 26 mars 1817
Département
Rhône
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 21 septembre 1817 au 1er mai 1822
Département
Rhône
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1822, né à Lyon (Rhône), le 19 juin 1766, « de messire Martial Paul Claude de Cotton, chevalier et de Dame Marie de Vincent de Panette » mort à Avignon (Vaucluse), le 6 mars 1841, était, a-t-on dit, le petit-neveu du célèbre jésuite, confesseur d'Henri IV.

Il entra dans la marine et émigra au début de la Révolution. Rentré à Lyon à la fin de l'Empire (1814), il fut nommé par le comte de Bubna, après la prise de la ville par les Autrichiens, préfet provisoire; la Restauration le fit chevalier de Saint-Louis, et le collège de département du Rhône, l'élut député, le 22 août 1815, par 93 voix sur 183 votants et 228 inscrits. Il siégea dans la majorité de la Chambre introuvable, fit partie de la commission de la loi dite d'amnistie, et proposa d'affecter la vente des forêts de l'Etat au rachat des rentes.

Réélu, le 4 octobre 1816, par 111 voix sur 174 votants et 223 inscrits, il réclama l'augmentation du budget de la marine, défendit les autorités de Lyon dans les terribles évènements qui ensanglantèrent cette ville, appuya la nouvelle loi électorale, en déclarant « qu'elle devait être adoptée puisqu'elle ne renfermait rien en faveur du peuple », et réclama l'ordre du jour sur une pétition demandant le rappel des bannis.

Il avait été nommé préfet de Vaucluse, le 27 février 1817, et réélu député le 21 septembre suivant, par 664 voix sur 1,311 votants et 1,736 inscrits,

Sorti de la Chambre au renouvellement partiel de mai 1822, il administra sa préfecture d'Avignon, fut nommé préfet de la Drôme, le 2 janvier 1823, et fut admis à la retraite comme préfet, le 10 septembre 1829.

Chevalier de la Légion d'honneur, du 1er mai 1821.

Date de mise à jour: mars 2015


Retour haut de page