Jean, Etienne, Antoine Bertezène

1759 - 1840

Informations générales
  • Né le 15 mars 1759 à Saint-jean-du-gard (Gard - France)
  • Décédé le 19 juin 1840 à Saint-jean-du-gard (Gard - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 13 janvier 1793 au 26 octobre 1795
Département
Gard
Groupe
Modérés
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 13 octobre 1795 au 26 décembre 1799
Département
Gard
Groupe
Modérés
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er juillet 1805
Département
Gard

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

membre de la Convention, député au Conseil des Cinq-cents, et au Corps législatif en l'an VIII, né à Saint-Jean-du-Gard (Gard) le 15 mars 1759, mort à une date inconnue, était avocat à Saint-Jean-du-Gard. Elu membre suppléant de la Convention nationale par le département du Gard, avec 278 voix sur 475 votants, le 9 septembre 1792, il fut admis à siéger le 13 janvier 1793, en remplacement d'un démissionnaire, Tavernel, prit part au jugement de Louis XVI, et motiva, en ces termes, son vote au 3e appel nominal : - « Je vote pour la mort; mais je pense que l'exécution du jugement doit être suspendue jusqu'à l'époque où la constitution sera présentée à l'acceptation du peuple. »

A la séance du 25 germinal an III (14 avril 1795), Berthezène appuya la dénonciation dirigée contre le représentant Borie, accusé d'avoir « dansé en costume de représentant devant la guillotine. »

Le département du Gard renomma Berthezène député au Conseil des Cinq-cents, le 21 vendémiaire an IV, par 169 voix sur 225 votants. Il marqua peu dans cette nouvelle assemblée, ne se montra pas hostile au 18 brumaire, et fut admis par le Sénat conservateur, le 4 nivôse an VIII, parmi les membres du Corps législatif. Il y resta jusqu'en 1805, quitta alors la vie politique; mais atteint par la loi de janvier 1816 contre les régicides, il dut quitter la France et mourut en exil.


Retour haut de page