Antoine, Sébastien Lavialle de Masmorel

1781 - 1852

Informations générales
  • Né le 21 septembre 1781 à Donzenac (Corrèze - France)
  • Décédé le 17 juin 1852 à Brives (Corrèze - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 6 septembre 1831 au 25 mai 1834
Département
Corrèze
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Corrèze
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1834, et de 1837 à 1839, né à Donzenac (Corrèze) le 21 septembre 1781 « fils légitime à Me Jean Baptiste Lavialle de Masmorel docteur en médecine et à dame Marie Michel de Champagnac », mort à Brive (Corrèze) le 17 juin 1852, il était le gendre du député Jean Ballet qui avait été législateur en 1791 et représentant aux Cent-Jours.

Substitut du procureur impérial près le tribunal civil de Limoges en août 1811, nommé président du tribunal de Brive (janvier 1816) et conseiller général de la Corrèze sous la Restauration, il fit de l'opposition au ministère Polignac, et se présenta comme candidat d'opposition, le 23 juin 1830, dans le 1er collège de la Corrèze, où il échoua avec 59 voix, contre 134 à l'élu, M. Alexis de Noailles, et 30 à M. de Martignac.

Mais, à une élection partielle du 6 septembre 1831, il fut élu député du 2e collège de la Corrèze (Brive), en remplacement de M. Rivet, dont l'élection avait été annulée, par 106 voix (143 votants, 190 inscrits), contre 82 à M. Lacoste. Il échoua aux élections générales de 1834, mais fut réélu dans le même collège, le 4 novembre 1837, par 169 voix (278 votants, 328 inscrits), contre 97 à M. Rivet. Un dernier échec, le 2 mars 1839, avec 126 voix contre 164 à l'élu, M. Rivet, mit fin à sa carrière politique. M. Lavialle avait fait partie de la majorité; il avait voté cependant contre l'hérédité de la pairie, mais il avait appuyé le ministère du 15 avril 1837 et s'était prononcé en faveur de la loi d'apanage.

Membre du conseil municipal de Brive, il a aussi siégé au conseil général de Corrèze de 1832 à 1851. Chevalier de la Légion d'honneur du 10 janvier 1835.

Date de mise à jour: septembre 2014

Retour haut de page