Jean, Antoine Teissier de Marguerittes

1744 - 1794

Informations générales
  • Né le 30 juillet 1744 à Nîmes (Gard - France)
  • Décédé le 20 mai 1794 à Paris (Paris - )

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 31 mars 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Nîmes (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Noblesse

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789, né à Nîmes (Gard) le 30 juillet 1744, exécuté à Paris le 20 mai 1794, « fils de Jean-Joseph-Marie-Augustin-Christophe Teissier, chevalier, baron de Marguerittes, seigneur de Roquecombre, la Gainé, Coulons, etc., titulaire d'un office de secrétaire du roi, et de Marie de Salles », riche propriétaire, il s'était occupé de littérature, et était membre des Académies de Nîmes, de Lyon, de Montauban, lorsqu'il fut élu, le 31 mars 1789, député de la noblesse aux Etats-Généraux, par la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire.

Il protesta contre la réunion des ordres, coutre l'abolition des privilèges et contre les décrets de l'Assemblée. A l'organisation des municipalités, il fut maire de Nîmes (1er février 1790). Peu de temps après, il offrit à la garde nationale nîmoise un banquet qui fut suivi de scènes de désordre et de cris réactionnaires et où la cocarde blanche fut arborée. Il dut venir se justifier à la barre de l'Assemblée (11 mai 1790), et fut autorisé à reprendre son siège.

En 1793, il fut de nouveau dénoncé par Voulland, arrêté comme suspect, traduit devant le tribunal révolutionnaire de Paris, condamné et exécuté.

On a de lui : La Révolution de Portugal, tragédie (1775); Discours sur l'avènement du roi Louis XVI à la couronne (1775) ; Instruction sur l'éducation des vers à soie; Clémentine ou l'ascendant de la vertu, drame, et des brochures politiques.


Retour haut de page