André, Louis, Esprit de Sinéty de Puylon

1740 - 1811

Informations générales
  • Né le 4 juin 1740 à Marseille (Bouches-du-Rhône - France)
  • Décédé le 29 janvier 1811 à Marseille (Bouches-du-Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 4 avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Marseille (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Noblesse

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député en 1789, né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 4 juin 1740, mort à Marseille le 15 janvier 1811, d'une ancienne famille de Provence de noblesse d'épée, était fil d'Elzéar de Sinety, page et gentilhomme de la duchesse de Berry fille du régent, et chevalier de Saint-Louis. Reçu page dans la grande écurie, il fut nommé cornette au régiment de Lusignan en 1757, et fit campagne en Allemagne de 1757 à 1760. Capitaine dans le régiment des cuirassiers du roi en mars 1761, major du régiment de Royal-Navarre-cavalerie en mars 1773, chevalier de Saint-Louis en 1777, il quitta le service en 1779. Elu, le 4 avril 1789, député de la noblesse de la sénéchaussée de Marseille aux Etats-Généraux, il siégea à droite, se rendit, le 6 octobre, à Versailles, pour défendre le roi, demanda (12 mars 1790) qu'aucun député actuel ne fût ni électeur ni éligible dans les prochaines assemblées, vota (1er avril) la suppression du privilège de la Compagnie des Indes, présenta (7 mai) un projet tendant à conférer au roi seul le droit de paix et de guerre, parla plusieurs fois sur l'organisation de l'armée, et fut commissaire (22 juin 1791) pour la prestation du serment des troupes.

Après la session, il disparut de la scène politique. Président et secrétaire perpétuel de l'Académie de Marseille, membre du conseil d'agriculture, arts et commerce des Bouches-du-Rhône, et de la société de l'Afrique intérieure, il a publié: l'Agriculture du midi, des dissertations et des éloges dans le recueil de l'Académie de Marseille, et quelques pièces de vers dans le recueil de poésies des troubadours de Marseille.


Retour haut de page