Jean, André Barrot

1753 - 1845

Informations générales
  • Né le 30 juin 1753 à Planchamp (Lozère - France)
  • Décédé le 19 novembre 1845 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 4 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Lozère
Groupe
Gauche
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er juillet 1814
Département
Lozère
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Lozère

Fonds d'archives

Les Archives départementales de la Lozère conservent un fonds Jean-André Barrot. Le fonds, coté en F 764-770, regroupe des papiers et de la correspondance d’Odilon Barrot et représente 10 centimètres linéaires.
De plus amples renseignements sur ces fonds sont disponibles sur le site Internet des Archives départementales de la Lozère.

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention, député au Conseil des Anciens et au Corps législatif, de l'an VIII à 1815, né à Planchamp (Lozère), le 30 juin 1753, « fils naturel et légitime à sieur Paul notaire royal et de demoiselle marie Charaix », mort à Paris, le 19 novembre 1845, il était juge au tribunal de district de Langogne, lorsqu'il fut élu, le 4 septembre 1792, membre de la Convention par le département de la Lozère, à la pluralité des voix sur 218 votants.

Dans le procès de Louis XVI, il répondit, au 3e appel nominal : « Comme je suis parfaitement convaincu qu'il n'existe plus parmi nous de traces de la royauté; comme la mort de Louis ne me paraît pas nécessaire, utile même à l'intérêt de la République, je vote pour la réclusion pendant la guerre. »

Il fut, le 23 vendémiaire an IV, du nombre des conventionnels élus au Conseil des Anciens, où il fut réélu par le département de la Lozère, le 23 germinal an VI.

Il fit ensuite partie du Corps législatif pendant toute sa durée, du 4 nivôse an VIII à 1814, le Sénat conservateur lui ayant renouvelé son mandat le 18 février 1807 et le 6 janvier 1813; il vota, en 1814, la déchéance de l'empereur, et, en mars 1815, parla en faveur des Bourbons ; quelques semaines après, il faisait partie de la députation de la Chambre chargée de féliciter Napoléon à son retour de l'île d'Elbe.

Louis XVIII, le nomma, le 15 octobre 1815, juge au tribunal de première instance de la Seine; mais, devant les protestations de ses collègues, il préféra donner sa démission.

Jean-André Barrot fut décoré par Louis XVIII en 1814. Après sa démission de ses fonctions de juge, son fils, Odilon Barrot, adressa au préfet de police un mémoire justificatif en faveur de son père (1816), qui obtint une pension de retraite de 2 400fr. par ordonnance royale du 26 août 1818. (Arch. nat. F 7. 6709 et 6710.)

Date de mise à jour : mars 2012


Retour haut de page