Pierre Béraud des Rondars

1783 - 1850

Informations générales
  • Né le 31 mars 1783 à Moulins (Allier - France)
  • Décédé le 9 septembre 1850 à Moulins (Allier - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Allier
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 24 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Allier
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 3 juillet 1830 au 12 août 1830
Département
Allier
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1824 à 1830, né à Moulins (Allier), le 31 mars 1783 « du légitime mariage de Maître Sébastien Béraud conseiller avocat du roi en la sénéchaussée de Bourbonnois et siège présidial de cette ville et de Dame Marguerite Pérotin », mort à Moulins le 9 septembre 1850, il était conseiller de préfecture, lorsque le 1er collège électoral de l'Allier (Moulins) l'élut député, le 25 février 1824, par 304 voix sur 417 votants et 467 inscrits, contre 108 voix données à M. de Tracy. Il siégea au centre et vota docilement avec les ministériels. Il échoua aux élections du 17 novembre 1827, avec 155 voix, contre 206 accordées à son concurrent, M. de Tracy, qui fut élu; mais, huit jours après (24 novembre), il fut élu au collège de département par 86 voix sur 165 votants et 207 inscrits.

M. Béraud des Rondars inclina faiblement vers la contre-opposition; il se représenta à Moulins, aux élections du 23 juin 1830, contre M. de Tracy, député sortant, et n'obtint que 218 voix contre 282 données à son adversaire, réélu; mais, cette fois encore, il triompha, dix jours plus tard (3 juillet) au collège de département, qui le réélut par 121 voix sur 208 votants et 233 inscrits. Il refusa de prêter serment à la monarchie de Juillet, et démissionna en ces termes, le 12 août 1830 : « Monsieur le président, ne pouvant trouver dans le mandat que j'ai reçu en d'autres circonstances, les instructions qui me seraient nécessaires pour me diriger dans celles où nous nous trouvons, je donne ma démission.

J'ai l'honneur d'être..

BÉRAUD. »


Conseiller général de l'Allier, il avait été fait chevalier de la Légion d'honneur le 19 mai 1825.

Date de mise à jour: novembre 2013

Retour haut de page