Jacques Engerran

1751 - 1843

Informations générales
  • Né le 31 mai 1751 à Villedieu (Manche - France)
  • Décédé le 21 novembre 1843 à Avranches (Manche - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 9 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Manche
Groupe
Plaine
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 13 octobre 1795 au 26 décembre 1799
Département
Manche
Groupe
Modérés
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er juillet 1803
Département
Manche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

membre de la Convention, député aux Cinq-Cents et au Corps législatif de l'an VIII, né à Villedieu-les-Poêles (Manche) le 31 mai 1751, mort à Avranches (Manche) le 24 novembre 1843, était avocat à Avranches, quand éclata la Révolution. Il se déclara partisan des idées nouvelles, et fut, le 9 septembre 1792, élu membre de la Convention par le département de la Manche, le 10e sur 13, avec 364 voix sur 665 votants. Il siégea parmi les modérés. Au 3e appel nominal pour le jugement de Louis XVI, il vota « pour la détention ». Après le 9 thermidor, il s'associa aux mesures de réaction, demanda le reuvoi aux comités des propositions relatives aux taxes révolutionnaires imposées par Saiut-Just et Lebas ; accusa Lecointre (de Versailles) de s'être fait le pourvoyeur actif du tribunal révolutionnaire ; présenta le rapport sur l'acquittement des fermages, et prononça un discours où il s'attacha à démontrer le caractère utopique de l'impôt en nature; déposa un l'apport sur la déclaration à exiger des débiteurs des corporations supprimées, des émigrés et des condamnés : la Convention rendit un décret conforme; prépara le décret sur le mode de paiement du prix des baux à ferme ou à loyer, stipulé payable en grains ou en denrées. Le 21 vendémiaire an IV, il fut réélu par le département de la Manche au Conseil des Cinq-Cents, avec 241 voix sur 461 votants, et son mandat lui fut renouvelé le 26 germinal an VI. Il se mêla surtout dans cette Assemblée aux discussions des questions juridiques, telles que la situation des parents d'émigrés, la libération des comptables envers la Republique, les réclamations formées contre les représentants en mission, la législation des baux et loyers. Il s'occupa des moyens à rechercher pour relever le crédit des assignats, se prononça contre l'abrogation de la loi sur la déportation des prôtres, et combattit le projet consistant à donner une garde au Corps législatif. Il approuva le coup d'Etat de brumaire et, le 4 nivôse an VIII, fut nommé par le Sénat conservateur membre du nouveau Corps législatif. Après cette législature, il quitta la vie politique.


Retour haut de page