Michel Gentil

1759 - 1805

Informations générales
  • Né le 27 février 1759 à Ouzouer-sur-trézée (Loiret - France)
  • Décédé le 7 juin 1805 à Orléans (Loiret - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 5 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Loiret
Groupe
Majorité
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 4 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Loiret
Groupe
Modérés
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 26 octobre 1795 au 1er avril 1799
Département
Loiret
Groupe
Modérés

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791, membre de la Convention, député au Conseil des Cinq-Cents, né à Ouzouer-sur-Trézée (Loiret) le 27 février 1759, mort à Orléans (Loiret) le 7 juin 1805, fils de Lazare Gentil et de Marie-Anne Heudin, il était homme de loi avant la Révolution.

Il était devenu procureur-syndic à Orléans, lorsqu'il fut élu, le 5 septembre 1791, député du Loiret à l'Assemblée législative, le 5e sur 9, par 237 voix (329 votants). Il vota le plus souvent avec la majorité.

Réélu, le 4 septembre 1792, député du Loiret à la Convention, le 1er sur 10, avec 223 voix (356 votants), il siégea parmi les modérés, et, lors du jugement de Louis XVI, répondit au 3e appel nominal : « Sur les deux questions qui ont déjà été soumises à la délibération, je n'ai voté que comme législateur. Un roi détrôné peut être banni sans exciter d'autres sentiments que ceux de l'indignation et du mépris, au lieu que, condamné a mort, il peut exciter la pitié. L'histoire d'Angleterre, en me présentant un cas très pareil à celui-ci, m'a porté à faire de terribles réflexions. Je ne veux pas que mon opinion contribue à donner à la France un Cromwell ou le retour imprévu de Charles II. Je vote pour la réclusion jusqu'à la paix générale et l'affermissement de la liberté. » Gentil se fit d'ailleurs peu remarquer à la Convention.

Passé, le 4 brumaire an IV, au Conseil des Cinq-Cents, il y siégea également sans éclat jusqu'en l'an VII.

Date de mise à jour: mars 2017

Retour haut de page