Paul, Ange, Louis, Marie Carron de la Carrière

1852 - 1915

Informations générales
  • Né le 22 juillet 1852 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 12 mai 1915 à Piré-sur-seiche (Côtes d'Armor - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1886 au 14 octobre 1889
Département
Ille-et-Vilaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Ille-et-Vilaine

Biographies

Député de 1886 à 1889, né à Paris, le 22 juillet 1852, il était maire de Piré et conseiller général d'Ille-et-Vilaine, quand il fut élu, le 23 mai 1886, député du ce département par 57,450 voix (108,145 votants, 156,744 inscrits), contre M. Martin, 49,666.

Il alla siéger à droite. Sans prendre la parole, il s'est prononcé contre tous les ministères de gauche qui, depuis lors, se sont succédé au pouvoir, et a voté, dans la dernière session,

- contre le rétablissement du scrutin uninominal,
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- contre les poursuites contre trois députés, membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.


Né le 22 juillet 1852 à Paris, mort le 12 mai 1915 à Piré-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine).

Député d'Ille-et-Vilaine de 1886 à 1893. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. 1, p. 596.)

En vue des élections générales de 1889, Paul Carron de la Carrière, qui était alors vice-président du conseil général d'Ille-et-Vilaine, mène campagne contre « les gouvernements républicains qui se succèdent depuis treize ans », auxquels il reproche d'avoir constamment augmenté les dépenses publiques, sacrifié les intérêts de l'agriculture, et fait voter des lois scolaires dont il dénonce « l'odieuse intolérance laïque ». Il invite les électeurs à arracher le pouvoir à « ces hommes sans caractère et sans conscience qu'on a flétris du nom de Tonkinois ». Son appel sera entendu puisque le scrutin du 22 septembre lui donne, dans la deuxième circonscription de Rennes, 7.694 voix, contre 5.746 à M. Martin-Feuillée au premier tour.

A la Chambre, il appartient à plusieurs commissions. Son activité parlementaire est très faible, mais ses votes le classent nettement à droite.

Aux élections générales des 20 août et 3 septembre 1893, il ne peut obtenir le renouvellement de son mandat et doit-céder son siège au candidat républicain Brice, qui obtient 8.807 voix contre 6.288 au deuxième tour de scrutin.

Paul Carron est mort le 12 mai 1915, dans la commune de Piré-sur-Seiche dont il a longtemps été le maire. Il était âgé de 63 ans.


Retour haut de page