Jacques, Charles Giroust

1749 - 1836

Informations générales
  • Né le 14 mai 1749 à Nogent-le-rotrou (Eure-et-Loir - France)
  • Décédé le 20 avril 1836 à Nogent-le-rotrou (Eure-et-Loir - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 28 août 1791 au 20 septembre 1792
Département
Eure-et-Loir
Groupe
Majorité réformatrice
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 5 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Eure-et-Loir
Groupe
Girondins
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 4 septembre 1797
Département
Eure-et-Loir
Groupe
Modérés

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député en 1791, membre de la Convention, député au conseil des Cinq-Cents, né à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir) le 14 mai 1749, mort à Nogent-le-Rotrou le 29 avril 1836, étudia le droit, devint juge au tribunal de district de sa ville natale, et fut, le 28 août 1791, élu, le 5e sur 9, par-208 voix (247 votants) député d'Eure-et-Loir à l'Assemblée législative, où il se fit peu remarquer. Il fut réélu, le 5 septembre 1792, membre de la Convention nationale, le 4e sur 9, avec 212 voix (331 votants), s'attacha au parti des. Girondins, et vota en toute occasion avec les modérés, Lors du procès de Louis XVI, il répondit au 1er appel nominal : « Je ne crois. prononcer comme juré, ni comme juge, je n'en ai pas reçu le pouvoir. Je me réserve de prononcer la sûreté générale. » Au 2e appel (question d'appel au peuple). « Malgré les fanfaronnades de ces Brutus des tribunes, je vote pour le oui. » Au 3e appel nominal : « Louis était sur le trône, les armées étrangères s'avançaient pour le soutenir, lorsque je ne craignais point de demander sa délivrance; mais alors je votais. comme législateur. Je ne puis prononcer aujourd'hui qu'en la même qualité. Je vote pour la réclusion pendant la guerre et le bannissement à la paix. » Giroust ne tarda pas à être compris dans la proscription qui frappa les Girondins. Lors de la déclaration d'âge qu'il dut faire à la fin de la législature, il se déclara en outre « veuf par la révolution du 31 mai ». Au 9 thermidor, il fut rappelé d'exil, mais ou la mit en prison à Brest. Rentré à la Convention le 18 frimaire an III, il fut envoyé en mission aux armées du Nord et de Sambre-et-Meuse et fit part à l'Assemblée de l'adhésion des troupes à la Constitution de l'an III. A son retour, Giroust fut élu (23 vendémiaire an IV) député d'Eure-et-Loir au Conseil des Cinq-Cents par 158 voix sur 226 votants; il y siégea sans éclat jusqu'au 1er prairial an VI. Après le 18 brumaire, il fut appelé à la présidence du tribunal civil de Nogent-le-Rotrou. Confirmé dans ces fonctions par le gouvernement de la Restauration le 1er juin 1816, Giroust les exerça pondant plus de trente ans. On a de lui de nombreux écrits politiques, dont : De l'ordre judiciaire ; De la procédure simplifiée (1806) ; Une erreur ou mille et mille erreurs évitables, ou inévitables de mille et mille historiens, écrivains, discoureurs sur des chiliades de notes éparses ou entassées au travers de millions de fiévreux révolutionnaires ou de politiques en convalescence (1816), etc.

Retour haut de page