Marie, Frédéric, Henri Christiani

1760 - 1838

Informations générales
  • Né le 15 février 1760 à Strasbourg (Bas-Rhin - France)
  • Décédé le 26 avril 1838 à Strasbourg (Bas-Rhin - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 8 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Bas-Rhin
Groupe
Plaine
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 20 mai 1797
Département
Bas-Rhin
Groupe
Clichyens

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention et député au Conseil des Cinq-Cents, né à Strasbourg (Bas-Rhin), le 15 février 1760, mort à Strasbourg le 26 avril 1838, il fut reçu licencié en droit à l'université de Strasbourg, le 14 novembre 1782. En 1783 et 1784, il fut professeur d'histoire et de droit public, et, en 1786, devint avocat et receveur municipal de la Commanderie de Saint-Jean, ordre de Malte, dans la même ville. Favorable aux idées de la Révolution, il fut nommé, en 1791, membre du directoire du district de Strasbourg, et, le 8 septembre 1792, fut élu membre de la Convention par le département du Bas-Rhin, le 9e et dernier, par 390 voix 535 votants. Il siégea parmi les modérés, et, dans le procès de Louis XVI, répondit au 3e appel nominal : « Je m'appuie de l'opinion de Thomas Payne, et je vote comme lui pour la réclusion. » Chargé d'une enquête sur la conduite de Lebon, il conclut à la mise en accusation. Le 23 vendémiaire an IV, il entra comme conventionnel au Conseil des Cinq-Cents, où il siégea jusqu'au 30 floréal an V. Le Directoire l'envoya comme commissaire du gouvernement près l'administration centrale du département du Bas-Rhin, et le gouvernement consulaire le nomma secrétaire général provisoire de la préfecture à Strasbourg (15 floréal an VIII); il passa de là à la préfecture du département des Forêts avec le titre de secrétaire général titulaire (27 ventôse an X), et, pendant les Cent-Jours, fut nommé sous-préfet de Strasbourg (10 juin 1815). Il rentra dans la vie privée au second retour des Bourbons.


Date de mise à jour: octobre 2012

Retour haut de page