Marie, François Dandenac

1750 - 1830

Informations générales
  • Né le 11 janvier 1750 à Saumur (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 18 août 1830 à Angers (Maine-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 5 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Montagne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention et député au Conseil des Anciens, né à Saumur (Maine-et-Loire), le 11 janvier 1750, mort à Angers (Maine-et-Loire), le 18 août 1830, il était homme de loi et exerçait, en 1789, les fonctions d'avocat en la sénéchaussée de Saumur. Partisan modéré de la Révolution, il fut nommé membre, puis vice-président du district (juin 1790), déclina la candidature à l'Assemblée législative, mais accepta d'être élu à la Convention nationale par le département de Maine-et-Loire, le 5 septembre 1792, le 7e sur 11, avec 491 voix (620 votants).

Après avoir voté quelque temps avec la Montagne, il s'en sépara lors du procès du roi, et motiva ainsi son vote au 3e appel nominal : « Je déclare que je ne prononce pas comme juge, mais comme législateur. Je vote pour la réclusion jusqu'à la paix. »

La réélection des deux tiers le fit entrer, le 21 vendémiaire an IV, comme député de Maine-et-Loire, au Conseil des Anciens. Il n'y prit la parole que pour faire annuler les élections du canton de Montcontour, et pour faire approuver une résolution relative a la résiliation des « baux à longues années ». Il quitta l'Assemblée le 20 mai 1797.

Il revint alors en Anjou, où il fut nommé (25 germinal an VI) administrateur du département de Maine-et-Loire, puis, par l'amitié du ministre Abrial, commissaire du gouvernement près le tribunal d'Angers (9 floréal an VIII).

Il fut fait, le 25 prairial an XII, membre de la Légion d'honneur, créé, le 5 août 1809, chevalier de l'Empire, et promu le 2 avril 1811, procureur général à la cour d'Angers. La Restauration le confirma en 1814 dans ce dernier poste, puis le lui retira en 1818

Il mourut en 1830, à l'âge de 80 ans, d'une attaque d'apoplexie foudroyante.


Retour haut de page