Jean-François, Mathurin Obelin-Kergal

1736 - 1819

Informations générales
  • Né le 21 janvier 1736 à Ploërmel (Ille-et-Vilaine - France)
  • Décédé le 22 novembre 1819 à Rennes (Ille-et-Vilaine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 7 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Girondins
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 14 octobre 1795 au 20 mai 1797
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Modérés
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 28 mai 1800 au 1er juillet 1804
Département
Ille-et-Vilaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

membre de la Convention, député au Conseil des Cinq-Cents et au Corps législatif de l'an VIII à 1804, né à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) en 1736, mort à une date inconnue, était juge du district de Saint-Malo, et haut juré pour le département d'Ille-et-Vilaine, lors qu'il fut élu (7 septembre 1792) membre de la Convention par ce département, le 9e sur 10, « à la pluralité des voix ». Dans le procès du roi, Obelin vota « pour la réclusion pendant la guerre et la déportation à la paix. » Ayant pris, au 31 mai, la défense des Girondins, et s'étant associé à la protestation du 6 juin, il fut du nombre des 73 députés décrétés d'arrestation, et ne recouvra la liberté qu'après le 9 thermidor. Rappelé à la Convention le 18 frimaire an III, il s'y fit peu remarquer. 11 obtint sa réélection au Conseil des Cinq-Cents, le 22 vendémiaire an IV, dans trois départements : dans l'Ille-et-Vilaine, « à la pluralité des voix », dans les Côtes-du-Nord, par 204 voix (377 votants), et dans la Somme, par 204 voix (315 votants). Il fit partie de nombreuses commissions et notamment de celle de la comptabilité nationale, fit adopter un projet sur le délai de l'appel des jugements par défaut, en présenta un autre pour la liquidation de la comptabilité arriérée, sortit du Conseil le 1er prairial an V, et fut nommé, en l'an VI, commissaire de la trésorerie nationale. Appelé au nouveau Corps législatif (8 prairial an VIII) par le Sénat conservateur, comme député d'Ille-et-Vilaine, il exerça ce mandat jusqu'en 1804, et fut nommé, le 14 avril 1811, conseiller à la cour impériale de Rennes. Il fut admis à la retraite, comme magistrat, en 1816.


Retour haut de page