Gabriel, Jean Fabre

1774 - 1858

Informations générales
  • Né le 20 février 1774 à Vannes (Morbihan - France)
  • Décédé le 12 mai 1858 à Laval (Mayenne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 11 septembre 1819 au 9 mai 1823
Département
Morbihan
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1819 à 1823, né à Vannes (Morbihan) le 20 février 1774, « du légitime mariage de Monsieur Jean-Pierre Fabre, écuyer, sieur de Kerhervy, lieutenant de la maréchaussée générale de Bretagne au département de Vannes et de Dame Célestine Catherine Drouin Duplessix » mort à Laval (Mayenne) le 12 mai 1858, il suivit la carrière militaire et fit la plupart des campagnes de la République et de l'Empire.

En 1792, il commanda, sur le vaisseau le Vengeur, un détachement du 39e régiment; il en commanda un autre en 1793 sur la frégate l'Aréthuse. Il fut au siège de Toulon, et reçut une blessure grave à l'assaut du château de Scochéria, en l'an IV. Peu après, il se distingua en défendant les bords de l'Adige et les hauteurs de la Couronna, fut promu chef de bataillon en récompense d'un brillant fait d'armes dans le Tyrol, et, de retour à Paris, fut employé (an VII) à l'état-major général. Chef d'etat-major à Nantes en l'an XI, commandant du département de Varsovie en 1807, il combattit encore en Espagne (1808), en Prusse (1812), et revint en France, où il fut placé, de 1813 à 1815, à la tête du département du Nord, comme commandant militaire.

Membre de la Légion d'honneur du 25 prairial an XII et baron de l'Empire du 9 mars 1810, Fabre était général de brigade à l'époque de la Restauration.

Elu, le 11 septembre 1819, par 265 voix sur 626 volants et 733 inscrits, député du Morbihan, au grand collège, il prit place au côté gauche, et combattit l'amendement de M. Boin à la nouvelle loi électorale, soutenant que la nomination des 172 députés par les collèges de département détruirait l'égalité et donnerait trop d'influence à l'aristocratie. Le baron Fabre siégea jusqu'en 1823 dans les rangs de l'opposition constitutionnelle. Le gouvernement royal ne lui tint pas rigueur, car il fut promu lieutenant général le 1er novembre 1826.

À son tour, la monarchie de Louis-Philippe le fit (9 janvier 1833) grand officier de la Légion d'honneur.

Le général Fabre fut mis à la retraite d'office par décret du 30 mai 1848.

Date de mise à jour: mai 2015


Retour haut de page