Pierre, Thomas Rambaud de la Sablière

1754 - 1845

Informations générales
  • Né le 14 mars 1754 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 12 février 1845 à Lyon (Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 16 octobre 1795 au 26 décembre 1799
Département
Rhône
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député au Conseil des Cinq Cents, né à Lyon (Rhône) le 14 mars 1754, mort à Lyon le 12 février 1845, avocat du roi au présidial de Lyon, puis accusateur public au moment de la Révolution, fut élu, le 24 vendémiaire au IV, député du Rhône au Conseil des Cinq Cents, par 201 voix (265 votants). Membre de la commission des marchandises prohibées et de la comptabilité de la loi du 13 floréal an IV, rapporteur de différentes pétitions des administrations municipales, et de la commission des secours à accorder aux défenseurs de la patrie, il protesta contre la violation du secret des lettres, et, le 27 messidor, défendit la ville de Lyon que le Directoire accusait d'être un foyer de réaction. Rallié au 18 brumaire, il fut nommé, le 19 germinal au VIII, commissaire du gouvernement près le tribunal d'appel de Lyon, puis président du canton et président de l'administration des hospices de la ville. Membre de la Légion d'honneur le 25 frimaire an XII, chevalier de l'Empire le 21 septembre 1808, et baron le 22 octobre 1810, il devint, lors de la reconstitution des tribunaux, d'abord conseiller à la cour impériale de Lyon (28 mars 1811), puis procureur général près la même cour (2 avril suivant). En 1813, il fut chargé d'offrir à l'empereur, au nom de la ville de Lvon, des hommes et de l'argent. En 1814, il adhéra au retour des Bourbons, et se rendit à Vichy pour obtenir de la duchesse d'Angoulême qu'elle visitât Lyon. Aux Cent Jours, il fut désigné pour assister à l'assemblée du champ de mai, en qualité de procureur général et d'électeur du Rhône. Il resta à Paris jusqu'au retour de Louis XVIII, revint alors reprendre ses fonctions de magistrat à Lyon et fut nommé, le 25 octobre 1815, président honoraire à la cour de Lyon. Devenu, en 1818, maire de cette ville, il remplit longtemps ces fonctions, et ne se retira définitivement dans la vie privée que quelques mois avant la révolution de juillet.

Retour haut de page