Edme, Hilaire Garnier-Deschênes

1732 - 1812

Informations générales
  • Né le 1er mars 1732 à Montpellier (Hérault - France)
  • Décédé le 5 janvier 1812 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 avril 1799 au 26 décembre 1799
Département
Seine-et-Oise
Groupe
Droite
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 4 juin 1814
Département
Seine-et-Oise

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député au Conseil des Cinq-Cents et au Corps législatif de l'an VIII, né à Montpellier (Hérault) le 1er mars 1732, mort à Paris le 5 janvier 1812, « fils de messire Pierre Garnier-Deschênes, trésorier-général de France, et de dame Marie-Henriette Girard, mariés, » fut d'abord destiné à l'Eglise, et professa les belles-lettres dans plusieurs collèges des pères de l'oratoire. Mais, par suite de revers de fortune éprouvés par sa famille, il quitta la congrégation, où il n'avait pas prononcé de vœux, et devint notaire, en 1766, à Paris. Son habileté dans cette profession lui valut la situation de trésorier de Monsieur, frère du roi. Pendant la période révolutionnaire, il se tint à l'écart en province, dans l'Yonne. Malgré cela, il fut déclaré suspect et resta onze mois en prison. Ces loisirs forcés lui permirent de mettre la dernière main à un Traité de Géographie astronomique, politique et naturellle, qui obtint un des prix au concours proposé par laConvention le 9 pluviôse au II, et fut imprimé par ordre de l'Assemblée. Le 26 germinal an VII, il fut élu député de Seine-et-Oise au Conseil des Cinq-Cents. Le 4 nivôse an VIII, le Sénat conservateur le nomma député du même département au nouveau Corps législatif. Six jours plus tard, le 10 nivôse, ses connaissances administratives et financières le firent choisir par les consuls comme régisseur de l'enregistrement et des domaines; peu après, il fut nommé trésorier-payeur à Nîmes, puis, le 24 juillet 1806, receveur général dans les Pyrénées-Orientales, et, le 19 mai 1811, receveur général dans le nouveau département des Bouches-de-l'Elbe. Ces fonctions ne l'empêchèrent pas de composer des ouvrages de droit, de législation, d'économie morale, et aussi des vers. Il publia, notamment, en 1807, un Traité élémentaire du Notariat, qui lui valut la croix de la Légion d'honneur; mais son ouvrage le plus curieux est une traduction en vers de la Coutume de Paris (1768). Il traita aussi De l'origine du système duodécimal, et fit partie de la Société d'agriculture de la Seine, où il contribua pour une grande part à l'élabo.ration du code rural.

Retour haut de page