Hyacinthe, Adrien, Guillaume Chapuy

1764 - 1817

Informations générales
  • Né le 2 mars 1764 à Carpentras (Vaucluse - France)
  • Décédé le 28 novembre 1817 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 15 octobre 1795 au 26 décembre 1799
Département
Vaucluse
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 23 mars 1803 au 4 juin 1814
Département
Vaucluse
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Vaucluse
Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 13 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Vaucluse

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Cinq-Cents et au Corps législatif de l'an XI à 1815, représentant à la Chambre des Cent-Jours, né à Carpentras (Vaucluse), le 2 mars 1764, mort à Paris, le 28 novembre 1817, il appartint, sous l'Ancien Régime, à la congrégation des doctrinaires ou prêtres de la doctrine chrétienne, congrégation séculière qui fut supprimée par la Révolution.

Chapuy adopta les idées nouvelles, devint administrateur à Carpentras, et fut élu, le 23 vendémiaire an IV, par 55 voix, député de Vaucluse au Conseil des Cinq-Cents.

Le Conseil l'autorisa dans la séance du 6 thermidor, à figurer comme témoin, avec d'autres représentants, à la réquisition de l'accusateur public du tribunal criminel du Gard, dans le procès d'un nommé Messonnier, prévenu de conspiration.

Le 9 brumaire an VI, il combattit le projet qui tendait à assimiler aux émigrés français les habitants du ci-devant Comtat, sortis de leur pays avant sa réunion à la France : « Ce sont tous des ouvriers, dit-il, de petits marchands ou de vieux serviteurs. Grossir la liste des malheureux, quand la paix vient rendre le bonheur au monde, ce ne peut être l'intention des représentants d'un grand peuple. »

Le 8 floréal, il prit part à la discussion sur les théâtres, et demanda que par un règlement les théâtres fussent tenus de ne point éloigner de leur répertoire les chefs-d'œuvre de Corneille, Racine, etc.

Chapuy se rallia à la politique de Bonaparte qui le nomma (5 frimaire an X) secrétaire général de la préfecture des Bouches-du-Rhône. L'année d'après (6 germinal an XI), une décision du Sénat conservateur l'appela à représenter le département de Vaucluse au Corps législatif : cette fonction lui fut confirmée le 8 mai 1811; il siégea ainsi pendant toute la durée de l'Empire.

Il fut, de plus, élu, le 13 mai 1815, représentant à la Chambre « des Cent-Jours » par l'arrondissement de Carpentras, avec l'unanimité des votants (au nombre de 18).

Membre de la Légion d'honneur du 4 frimaire an XII, Chapuy avait été créé chevalier de l'Empire le 28 janvier 1809.


Retour haut de page