Guillaume, Henri Vergniaud

1764 - 1844

Informations générales
  • Né le 15 avril 1764 à Limoges (Haute-Vienne - France)
  • Décédé le 13 juin 1844 à Limoges (Haute-Vienne - )

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 11 avril 1797 au 26 décembre 1799
Département
Saint-Domingue
Groupe
Droite
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er juillet 1803
Département
Haute-Vienne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Conseil des Cinq-Cents et au Corps législatif en l'an VIII, né à Limoges (Haute-Vienne) en avril 1764, mort à Limoges le 13 juin 1844, frère de Pierre-Victurnien Vergniaud (1753-1793), député en 1791, membre de la Convention, Guillaume-Henri Vergniaud étudia le droit et fut reçu avocat au parlement de Bordeaux le 1er juin 1786.

Partisan de la Révolution, il devint, le 18 février 1790, avocat au conseil supérieur du. Cap français, et, en 1792, sénéchal du Cap.

Le 8 novembre 1793, sa parenté avec Vergniaud lui valut d'être condamné à la déportation. Réintégré dans ses fonctions par le comité de salut public le 10 floréal an III, et nommé, le 5 fructidor an IV, commissaire du Directoire exécutif près le tribunal civil du Cap français, il fut élu, le 22 germinal an V, député de Saint-Domingue au Conseil des Cinq-Cents, par 48 voix (73 votants).

Il ne prit la parole qu'une fois, pour accuser Sotin d'avoir outragé la représentation nationale, fut membre de diverses commissions, et fut réélu, le 21 germinal an VII, au même Conseil, par le département de la Haute-Vienne.

Rallié au 18 brumaire, il fut choisi, le 4 nivôse an VIII, par le Sénat conservateur, pour député de la Haute-Vienne au Corps législatif, d'où il sortit en l'an XI.

Il n'a pas fait partie d'autres assemblées.


Retour haut de page