Joseph, Elzéar, Dominique de Bernardi

1751 - 1824

Informations générales
  • Né le 16 mars 1751 à Monieux (Vaucluse - France)
  • Décédé le 25 octobre 1824 à Monieux (Vaucluse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 12 avril 1797 au 4 septembre 1797
Département
Vaucluse
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député au Conseil des Cinq-cents, né à Monieux (Vaucluse), le 16 mars 1751, mort à Monieux, le 25 octobre 1824, était lieutenant-général du comté de Sault au moment de la Révolution, et, déjà célèbre par ses travaux de législation, mais hostile aux: idées de la Révolution, ne voulut accepter qu'une place de juge de district. Il avait publié un Discours sur la justice criminelle (1780), un Essai sur les révolutions du droit français (1784), les Principes des lois criminelles (1788), etc. Arrêté en 1793, en raison de ses opinions, il fut sauvé par le soulèvement des fédéralistes, émigra, rentra en France après la chute de Robespierre, et devint président du tribunal criminel de Vaucluse. Elu député de ce département au Conseil des Cinq-cents, le 23 germinal an V, par 109 voix, il y prit la défense des émigrés de Toulon qui avaient appelé les Anglais, et réussit à faire rapporter les décrets portés contre eux. Le coup d'Etat du 18 fructidor l'expulsa du Corps législatif; aussi se montra-t-il favorable au coup d'Etat de brumaire ; le 22 prairial suivant il fut nommé chef de division des affaire civiles au ministère de la justice. Membre de l'Institut en 1812, de la Légion d'honneur en 1814, de l'Académie des inscriptions en 1816 il fut, cette même année, nommé censeur royal. M. de Bernardi a composé surtout des ouvrages de législation, parmi lesquels: Théorie nouvelle des lois civiles (1802), Cours complet de droit civil français (1803), Histoire du droit public et privé de la France (1817), De l'influence de la philosophie sur les forfaits de la Révolution (1800), etc. Il a collaboré aux Archives littéraires de l Europe, au Magasin encyclopédique, à la Biographie universelle; on lui doit aussi une édition de Pothier, et un grand nombre de Commentaires et de Mémoires.


Retour haut de page