Jacques Lefranc

1750 - 1809

Informations générales
  • Né le 4 novembre 1750 à Mont-de-marsan (Landes - France)
  • Décédé le 5 novembre 1809 à Malaga (Espagne)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 27 mars 1802 au 1er juillet 1807
Département
Landes

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député au Corps législatif en l'an X, né à Mont-de-Marsan (Landes) le 4 novembre 1750, mort à Malaga (Espagne) le 5 novembre 1809, entra comme simple soldat au régiment de Béarnle 26 février 1769, et termina son congé le 11 novembre 1775. Le 13 mai de l'année suivante, il rengagea au régiment de Dauphiné, devint sergent au mois de mai 1780, sous-lieutenant aux grenadiers le 31 juillet 1787, passa dans la garde nationale à la Révolution, et fut nommé chef du 3e bataillon des Landes le 15 janvier 1793. Appelé au commandement de la 4e demi-brigade le 30 vendémiaire an II, il fut envoyé à l'armée des Pyrénées-Orientales, et se distingua à Ittariette, à Bedarritz et dans la vallée de Bastan. A l'armée de l'Ouest en l'an IV, au corps expéditionnaire d'Irlande en l'an V, il fut attaché, au retour de cette tentative de débarquement, à l'armée des côtes de l'Océan, puis à l'armée du Rhin, sous les ordres de Moreau, en l'an VIII. Placé dans la division Richepanse, il prit part au combat d'Erbach (26 floréal), aux batailles d'Hohenlinden et de Lambach, et reçut, pour sa brillante conduite, un sabre d'honneur du premier consul (le 15 ventôse an IX). Elu par le Sénat conservateur, le 6germinal an X, député des Landes au Corps législatif, il fut promu général de brigade le 3 germinal an XI, commandeur de la Légion d'honneur le 25 prairial an XII, fut attaché à l'armée du Nord en l'an XIV, fit la campagne de 1806 au 2e corps de réserve, fut blessé à Galymin, rentra en France et y resta en convalescence jusqu'à Tilsitt. Le 6 novembre 1807, il était appelé au corps d'observation des côtes de l'Océan, qu'il suivit en Espagne. Il s'empara de l'arsenal de Madrid, et fut versé dans le corps du général Dupont. Fait prisonnier après la malheureuse capitulation de Baylen, il mourut des suites des mauvais traitements qu'il subit dans les prisons de Malaga.


Retour haut de page