Claude, Nicolas, François Colchen

1755 - 1833

Informations générales
  • Né le 22 juillet 1755 à Metz (Moselle - France)
  • Décédé le 22 juin 1833 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 18 février 1808 au 4 juin 1814
Département
Moselle
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Moselle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Frère cadet de Jean Victor Colchen qui fut sénateur et pair de France, député au Corps législatif de 1808 à 1815, né à Metz (Moselle), le 22 juillet 1755, « fils de Maître Jean Colchen procureur et secrétaire interprète au Parlement de Metz et de Delle Magdeleine Stoffel son épouse », mort à Paris, le 22 juin 1833, il était avocat.

Il entra dans la magistrature sous la Révolution, fut nommé, le 4 pluviôse an III, juge au tribunal de district de Metz, et devint, le 27 vendémiaire an IV, juge au tribunal civil du département de la Moselle. Un de ses frères ayant émigré, il dut résigner ses fonctions le 11 brumaire.

Réintégré en messidor an V, il fut destitué de nouveau en fructidor. Juge au tribunal d'appel de Metz le 23 fructidor an VIII, il devint, le 6 prairial an X, commissaire du gouvernement près le même siége.

Le 25 prairial an XII, Napoléon le créa membre de la Légion d'honneur et le fit, le 11 mars 1811 à la réorganisation judiciaire, président de Chambre à la cour impériale de Metz.

Colchen entra au Corps législatif par le choix du Sénat en date du 18 février 1808, pour y représenter le département de la Moselle. Il resta député jusqu'en mars 1815, se rallia à la déchéance de 1’empereur, et, après avoir été promu officier de la Légion d'honneur le 29 octobre 1814, se vit confirmé par la Restauration dans ses fonctions judiciaires, qu'il occupait encore en 1833, à l'époque de sa mort.


Retour haut de page