Joseph, Auguste Chaleil

1865 - 1920

Informations générales
  • Né le 4 octobre 1865 à Montpellier (Hérault - France)
  • Décédé le 14 novembre 1920 à Versailles (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 17 avril 1904 au 31 mai 1906
Département
Corse
Groupe
Union démocratique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 4 octobre 1865 à Montpellier (Hérault), mort le 14 novembre 1920 à Versailles (Seine-et-Oise).

Député de la Corse de 1904 à 1906.

Après avoir fait ses études secondaires au lycée de Montpellier, puis au lycée Louis-le-Grand, Joseph Chaleil fit ses premières armes dans un Cabinet Ministériel, en qualité de secrétaire particulier du Sous-Secrétaire d'Etat aux colonies. La formation qu'il y reçut, lui valut par la suite une brillante carrière préfectorale. Nommé sous-préfet de Calvi en 1893, puis du Vigan en 1895, il revint en Corse en 1897 en qualité de secrétaire général. L'année suivante il accédait à la sous-préfecture de Bastia où il restait trois ans. Il était alors rappelé en France pour prendre possession de la sous-préfecture de Dieppe en 1901.

Son -goût pour la politique l'avait amené, durant son long séjour en Corse, à se faire élire au conseil général pour y représenter le canton de Calacuccia, et à s'attacher au parti d'Emmanuel Arène, dont la situation politique dans son île était devenue inattaquable.

C'est sous ses auspices qu'il se présenta à l'élection partielle qui eut lieu le 17 avril 1904, dans la circonscription de Calvi, pour pourvoir au remplacement de M. Jean Malaspina décédé le 28 février précédent. Il emporta le siège au premier tour de scrutin, par 2.630 voix contre 2.454 à M. Fabiani, sur 5.090 votants. Cette élection entraîna sa démission de l'administration préfectorale.

Inscrit au groupe de l'Union démocratique, il appartint à diverses commissions spéciales. Il se fit entendre au cours de la discussion du budget du Ministère de l'Intérieur de l'exercice 1905 au sujet des pénitenciers de la Corse, et du budget du Ministère de l'agriculture du même exercice, au sujet de la station de haras de Calvi.

Il ne se représenta pas aux élections générales des 6 et 20 mai 1906, et obtint sa réintégration dans son administration d'origine.

Nommé préfet de la Corse en 1906, il devint préfet de l'Allier en 1909, du Finistère en 1910, de la Dordogne en 1913, de la Saône-et-Loire en 1914 et de la Seine-et-Oise le 10 janvier 1919. Les manifestations qui eurent lieu à Versailles contre les délégués allemands à la conférence de la paix, conduisirent M. Jules Pams, Ministre de l'Intérieur, à le mettre en disponibilité le 17 juin 1919. Il fut remplacé par M. Vitry. Mais il retrouvait sa préfecture le 5 août suivant, l'information l'ayant mis hors de cause. Il devait mourir, l'année suivante, à Versailles dans l'exercice de ses fonctions. Il n'avait que 55 ans.


Retour haut de page