Augustin, François Creuzé de Lesser

1771 - 1839

Informations générales
  • Né le 2 octobre 1771 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 14 août 1839 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 17 août 1804 au 1er juillet 1809
Département
Saône-et-Loire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député au Corps législatif, de l'an XII à 1809, né à Paris, le 2 octobre 1771, mort à Paris, le 14 août 1839, était le fils d'un payeur de rentes. Il exerça lui-même ces fonctions jusqu'à la Révolution, qui supprima sa charge. Appelé au service militaire, il devint secrétaire du 3e consul, Lebrun, qui le fit nommer secrétaire de légation à Parme, puis sous-préfet d'Autun (an X). Creuzé de Lesser s'adonnait surtout, dès cette époque, à la littérature dramatique et à la poésie; il avait publié une traduction en prose des Satires de Juvénal (1796), Les Voleurs, tragédie (1795); le Sceau enlevé, poème héroï-comique (1796); Ninon de Lenclos, vaudeville (1799); etc. Le 29 thermidor an XII, le Sénat conservateur le choisit comme député de la Saône-et-Loire au Corps législatif. Ses Voyages en Italie et en Sicile, publiés en 1806, contenaient des appréciations qui déplurent à l'Empereur ; il se retira de la vie politique pour se consacrer aux lettres, composa des opéras comiques, des comédies jouées au Théâtre Français : Le Secret du mariage (1809); La Revanche (1809), etc.

La Restauration le fit rentrer dans l'administration, en le nommant (14 juillet 1815) préfet de la Charente, et, après les Cent-Jours, préfet de l'Hérault (6 août 1817). Il fut créé baron par le roi, le 28 mars 1818, Le théâtre de Montpellier ayant donné le Nouveau seigneur du village, opéra comique de Boiëldieu, dont Creuzé de Lesser avait écrit le livret, les étudiants en médecine sifflèrent énergiquement la pièce de leur préfet; la municipalité fit évacuer la salle par la force armée, arrêter les siffleurs les plus bruyants, et, pour punir les auteurs de cette irrévérence, interdit le théâtre aux étudiants pendant deux mois; la plupart quittèrent Montpellier ; quatre d'entre eux furent d'ailleurs condamnes à diverses peines. Le ministre Descazes adressa à ce sujet quelques observations au préfet, qui fut inflexible. A la révolution de Juillet, Creuzé de Lesser refusa le serment au gouvernement nouveau, et revint à Paris, où il continua d'écrire. Comme poète, la traduction libre du Romancero espagnol (1814) est un de ces meilleurs ouvrages.

M. Deschalumeaux (1806) est un opéra-comique d'une franche gaieté; son roman, Annales secrètes d'une famille pendant dix-huit cents ans (1834), a inspiré, croit-on, le Juif-Errant d'Eugène Sue.


Retour haut de page