Charles, Edouard Chamberland

1851 - 1908

Informations générales
  • Né le 12 mars 1851 à Chilly-le-vignoble (Jura - France)
  • Décédé le 2 mai 1908 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Jura
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Député de 1885 à 1889, né à Chilly-le-Vignoble (Jura), le 12 mars 1851, il fit de bonnes études scientifiques, entra à l'Ecole normale supérieure, et devint docteur ès-sciences physiques et agrégé de l'Université.

Associé de bonne heure aux travaux et aux découvertes de M. Pasteur, il se fit, à côté de ce savant, une place distinguée, et fut appelé à remplir à son laboratoire les fonctions de sous-directeur des études scientifiques. On doit à M. Chamberland, personnellement, plusieurs travaux recommandables.

Porté en octobre 1885, sur la liste républicaine radicale du Jura, il fut élu au second tour de scrutin, le 3e sur 5, par 39,927 voix (68,240 votants, 81,095 inscrits). Il s'inscrivit à la gauche radicale, et vota avec ce groupe parlementaire, notamment (novembre 1887), pour la discussion immédiate de l'interpellation Clemenceau sur la politique générale, pour l'urgence sur la proposition de révision déposée par M. C. Pelletan (mars 1888) ; dans la dernière session, il s'est prononcé:

- pour le rétablissement du scrutin uninominal (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution (14 février, chute du ministère Floquet),
- pour les poursuites contre trois députés membres de la ligue des Patriotes (14 mars),
- pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse (2 avril),
- pour les poursuites contre le général Boulanger (4 avril).


Né le 12 mars 1851 à Chilly-le-Vignoble (Jura), mort le 2 mai 1908 à Paris.

Député du Jura de 1885 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 29.)

C'est au laboratoire de chimie physiologique de la rue d'Ulm qu'il fut préparateur de Pasteur. Lorsque la controverse sur la question de la génération spontanée fut ranimée entre Pasteur et Bastian, Chamberland fut chargé par son maître de découvrir les causes d'erreurs dans les expériences du savant anglais. Il s'acquitta brillamment de cette tâche. Dans ses études des organismes « sporulés » résistant aux températures élevées, il réussit à établir les règles de stérilisation des milieux de culture, qu'il exposa dans sa thèse de doctorat intitulée : Recherches sur l'origine et le développement des organismes microscopiques (1879), travail considéré comme le fondement de la technique bactériologique.

Il participa aux recherches de Pasteur sur la rage et sur les maladies charbonneuses. Il publia sur ces dernières en 1883, un ouvrage remarquable: Le charbon et la vaccination charbonneuse d'après les travaux récents de M. Pasteur. Il publia en outre : Les eaux d'alimentation dans l'hygiène et les maladies épidémiques (1885). Son nom est attaché à celui d'un autoclave et à celui d'un filtre en porcelaine dégourdie.

Lorsque fut fondé l'Institut Pasteur en 1888, il se vit confier le service de la vaccination contre le charbon. Il succéda à Duclaux comme sous-directeur de cet Institut en 1904 et le remplaça la même année à l'Académie de médecine.

Il mourut prématurément à Paris le 2 mai 1908, à 57 ans.

Il était Officier de la Légion d'honneur.

Ses obsèques furent suivies par un nombre considérable de personnalités scientifiques et médicales. Des discours furent prononcés par les professeurs Roux et Darboux.


Retour haut de page