François, Jean, Irénée Ruinart de Brimont

1770 - 1850

Informations générales
  • Né le 30 novembre 1770 à Reims (Marne - France)
  • Décédé le 6 janvier 1850 à Reims (Marne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 31 juillet 1821
Département
Marne
Groupe
Droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Marne
Groupe
Droite
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 19 juillet 1830 au 12 août 1830
Département
Marne
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1816 à 1821, de 1824 à 1827 et en 1830, né à Reims (Marne) le 30 novembre 1770, mort à Reims le 6 janvier 1850, négociant dans sa ville natale et conseiller général, il fut nommé, en 1815, président du collège électoral de son arrondissement.

Elu, le 4 octobre 1816, député du grand collège de la Marne, par 89 voix (166 votants, 279 inscrits), il prit place à droite, fit adopter en 1818 un amendement à la loi de recrutement, amendement en vertu duquel les frères des écoles chrétiennes devaient être exemptés du service militaire, et vota toutes les lois d'exception.

Ayant échoué, le 1er octobre 1821, dans le 3e arrondissement électoral de la Marne (Reims), avec 153 voix contre 308 à l'élu, M. Jobert-Lucas, il fut nommé maire de Reims par Louis XVIII.

Réélu député, dans ce dernier arrondissement, le 25 février 1824, par 242 voix (448 votants, 477 inscrits), contre 201 au député sortant, M. Jobert-Lucas, il demanda que les cérémonies du sacre de Charles X fussent faites avec les pompes anciennement usitées, donna sa démission de maire de Reims en 1827, et échoua, comme candidat à la députation, le 17 novembre suivant, avec 125 voix, contre 270 à l'élu, M. Jobert-Lucas. Nommé gentilhomme de la chambre du roi, il fut encore réélu, le 19 juillet 1830, député du grand collège de la Marne par 117 voix (223 votants, 268 inscrits).

Partisan des Bourbons, il refusa d'adhérer au gouvernement du Louis-Philippe, et donna sa démission par la lettre suivante : « Paris, 12 août 1830. « Monsieur le président, « Nommé député dans des circonstances qui n'existent plus, je croirais déroger à mon mandat, si je prenais part aux délibérations de la Chambre. Je vous prie de lui faire agréer ma démission.

« J'ai l'honneur d'être, etc. «Vicomte RUINART DE BRIMONT. »

Il fut remplacé, le 28 octobre 1830, par M. Leroy-Myon, et ne reparut plus dans les assemblées parlementaires.

Retour haut de page