Jean, Marguerite Tupinier

1779 - 1850

Informations générales
  • Né le 18 décembre 1779 à Cuisery (Saône-et-Loire - France)
  • Décédé le 1er décembre 1850 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1834 au 25 mai 1834
Département
Finistère
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Finistère
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 9 mai 1839
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 10 mai 1839 au 21 juin 1839
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 juin 1839 au 12 juin 1842
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 23 décembre 1842
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 24 décembre 1842 au 6 juillet 1846
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1834 à 1846, pair de France et ministre, né à Cuisery (Saône-et-Loire) le 18 décembre 1779, mort à Paris le 1er décembre 1850, fils du député Jean Tupinier et de dame Claudine Royer, il entra à l'Ecole polytechnique le 13 décembre 1794, en sortit comme élève ingénieur de la marine le 21 décembre 1796, et fut employé dans le génie maritime à Brest, à Toulon et à l'île de Saint-Domingue.

A son retour, il fut quelque temps attaché au port du Havre, puis devint l'un des ingénieurs de la flottille réunie à Boulogne. A la dislocation de l'armée d'Angleterre, qui devint la grande armée, il alla à Gênes en 1805, puis à Venise en 1806, et resta à la direction des chantiers maritimes du Lido jusqu'en 1811. En 1813, il retourna à Boulogne pour y surveiller la vente ou l'utilisation militaire des matériaux provenant de la flottille.

Sous-directeur au ministère de la Marine en 1814, chef de division aux Cent-Jours, il fut mis en disgrâce à la seconde Restauration, et envoyé à Angoulême dans le service forestier de la marine. Au bout de dix-huit mois, Gouvion-Saint-Cyr l'appela dans les bureaux du ministère ; sous-directeur des ports en 1818, et directeur en 1823, il fut nommé, l'année suivante, maître des requêtes au conseil d'Etat, et conseiller d'Etat en 1828, sous le ministère Martignac.

Inspecteur général du génie maritime, il présida à l'organisation de la flotte qui transporta l'armée expéditionnaire à Alger, prit, après les journées de juillet 1830, par intérim, le portefeuille de la Marine, et donna aussitôt l'ordre de faire arborer le pavillon tricolore.

Commandeur de la Légion d'honneur, il fut élu, le 2 janvier 1834, député du 6e collège du Finistère (Quimperlé), en remplacement de M. de Kermorial décédé, par 76 voix (133 votants, 148 inscrits), contre 49 à M. de Chateaubriand. Réélu, le 21 juin 1834, par 69 voix (133 votants, 146 inscrits), contre 62 à M. du Quilio; le 4 novembre 1837, par 71 voix (128 votants), et, le même jour, dans le 6e collège de la Charente-Intérieure (Rochefort), par 285 voix (454 votants, 514 inscrits), il opta pour ce dernier collège dans lequel il fut réélu, le 2 mars 1839, par 269 voix (440 votants).

Il vota à la Chambre avec la coalition, contre le cabinet Molé, et fut appelé le 31 mars 1839, au ministère de la Marine, fonctions qu'il remplit jusqu'au 11 mai suivant. Il dut, à cette occasion, se représenter devant ses électeurs, qui lui confirmèrent son mandat le 10 mai 1839, par 265 voix (330 votants), contre 44 à M. Renou de Ballon.

Nommé, à sa sortie du ministère, membre du conseil d'amirauté, il se représenta de nouveau à la députation, et fut réélu, le 22 juin 1839, par 235 voix (252 votants). Réélu encore, le 9 juillet 1842, par 232 voix (250 votants), nommé conseiller d'Etat, soumis à la réélection pour la troisième fois et renommé le 24 décembre 1842, par 266 voix (372 votants), M. Tupinier figura presque toujours dans la majorité ministérielle et vota notamment pour la dotation du duc de Nemours, pour les fortifications de Paris, pour le recensement, contre l'adjonction des capacités, contre les incompatibilités et pour l'indemnité Pritchard.

En récompense de ses services, il fut nommé pair de France le 14 août 1846, soutint la politique de Louis-Philippe, et rentra dans la vie privée à la révolution de 1848. Il a été élevé à la dignité de Grand Officier de la Légion d'honneur le 30 avril 1840. Il était également chevalier de Saint-Louis (1817) et membre de l'Ordre de Saint Ferdinand d'Espagne (1829).

Date de mise à jour: septembre 2013

Retour haut de page