Antoine, François, Erhard, Marie, Catherine Desmousseaux de Givré

1757 - 1830

Informations générales
  • Né le 18 juillet 1757 à Rouen (Seine-Inférieure - France)
  • Décédé le 7 juillet 1830 à Dreux (Eure-et-Loir - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 10 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Eure-et-Loir

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre du Tribunat et représentant aux Cent-jours, né à Rouen (Seine-inférieure), le 18 juillet 1757 « du légitime mariage de Mr Jacques Demousseaux, employé dans les Aides et de Mdme Jeanne Hollevect », mort à Dreux (Eure-et-Loir) le 7 juillet 1830, il était avocat au parlement de Paris avant la Révolution.

Nommé membre de la municipalité de Paris en novembre 1789, il devint échevin et lieutenant du maire de Paris, et, en avril 1790, publia un ouvrage sur l'organisation de la municipalité parisienne, sous forme de compte rendu à ses commettants. Dans ce travail, il déclarait : « que la liberté que nous avons conquise ne peut subsister que par l'ordre et l'harmonie, que tant de volontés publiques seraient un moyen de l'anéantir ; que la responsabilité des administrateurs, la liberté de la presse, le droit de dénonciation, de pétition, sont des remparts bien plus puissants contre l'oppression municipale que des assemblées perpétuellement actives, dont la masse et les mouvements ont été très utiles sans doute à l'instant de l'insurrection, mais qui, fatiguant la puissance établie et l'ordre des lois, amèneraient à la longue la désunion, la faiblesse et l'esclavage. »
Elu substitut du procureur de la commune de Paris, en remplacement de Duport, le 9 janvier 1791, il signa, le 27 avril 1792, un arrêté adressé aux présidents et commissaires de police des sections ayant pour but d'exercer une surveillance active sur plusieurs maîtres d'hôtels garnis inscrivant sur leurs livres des personnes absentes ; le 6 mai, il proposa : 1° d'établir à Paris 12 commissaires inspecteurs choisis par le corps municipal entre les médecins de la capitale; 2° de faire veiller ces commissaires inspecteurs, dans leur arrondissement respectif, à la salubrité des aliments et boissons, suivant un mode déterminé; 3° de les charger de vérifier les plaintes des citoyens contre les abus de cette sorte; 4° de former indépendamment de ces 12 inspecteurs un « comité de salubrité » pour s'occuper des institutions utiles en cette partie, et former une sorte de bureau central des inspecteurs.
Appelé provisoirement (7 juillet) à remplacer Manuel comme procureur de la commune de Paris, il fut chargé, de floréal an IV à thermidor an V, de l'administration de la capitale, puis nommé (an VII) administrateur du département de la Seine.

Le premier consul le fit entrer au Tribunat (4 nivôse an VIII), et l'appela à la préfecture de l'Ourthe, le 11 ventôse suivant. Membre de la Légion d'honneur (25 prairial an XII), il devint préfet de la Haute-Garonne (4 avril 1806), fut créé chevalier (15 janvier 1809), puis baron de l'Empire (31 janvier 1810), officier de la Légion d'honneur (1809) et commandeur (1811), et fut successivement nommé préfet de la Somme (12 mars 1813), puis de l'Escaut, douze jours après (25 mars).

Le 10 mai 1815, l'arrondissement de Dreux l'élut représentant à la Chambre des Cent-jours, par 40 voix sur 60 votants, contre 11 voix à M. Lacaze, propriétaire. Il monta à la tribune, le 16 juin pour demander « la manière dont la Chambre devait correspondre officiellement avec le gouvernement » et ajouta « que n'étant plus sous l'empire des mêmes principes, il fallait de nouvelles règles. » Au retour du roi, il rentra dans la vie privée.

Date de mise à jour: octobre 2014


Retour haut de page