Guy Antoune

1917 - 2011

Informations générales
  • Né le 27 août 1917 à Eysines (Gironde - France)
  • Décédé le 7 janvier 2011 à Eysines (Gironde - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ve législature
Mandat
Du 13 mai 1973 au 2 avril 1978
Département
Gironde
Groupe
Union centriste

Biographies

Biographie de la Ve République

ANTOUNE (Guy)
Né le 27 août 1917 à Eysines (Gironde)
Décédé le 10 janvier 2011 à Eysines (Gironde)

Député de Gironde de 1973 à 1976

Né le 27 août 1917 à Eysines, petite commune alors rurale et maraîchère située au nord-ouest de Bordeaux, Guy Antoune entreprend des études secondaires qui le mènent jusqu’à la profession de géomètre. Mobilisé en septembre 1939, il participe aux opérations militaires en mai-juin 1940. Devenu géomètre-expert après la guerre, Guy Antoune s’intéresse tardivement à la vie politique locale. De sensibilité centriste, il rejoint à la fin de l’année 1969 le Centre démocratie et progrès (CDP), formation créée en juillet 1969 par des dissidents du Centre démocrate, Jacques Duhamel et Joseph Fontanet. Ces derniers, contrairement à Jean Lecanuet, sont favorables à la candidature de Georges Pompidou à l’élection présidentielle. Guy Antoune est surtout un proche d’une figure du CDP en Gironde, Aymar Achille-Fould. Ce dernier, héritier d’une puissante famille de banquiers et d’hommes politiques, est député Centre démocrate de la 5ème circonscription de Gironde depuis 1962 et copropriétaire du prestigieux château Beychevelle dans le Médoc.

Aux élections législatives de mars 1973, Aymar Achille-Fould, qui cherche un suppléant bien implanté dans sa circonscription et notamment dans le monde rural, se tourne vers Guy Antoune. Celui-ci a en effet été élu maire d’Eysines aux municipales de 1971 en remplacement de René Girol. Reconduit à l’Assemblée nationale, Aymar Achille-Fould entre, le 5 avril 1973, dans le deuxième gouvernement Messmer comme secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées. Le 13 mai, il est donc remplacé au Palais-Bourbon par son suppléant Guy Antoune, proclamé député de la 5ème circonscription de Gironde. L’Assemblée prend acte de ce remplacement le 15 mai et le nouveau député s’inscrit au groupe de l’Union centriste (UC) le même jour. Guy Antoune se substitue de nouveau à Aymar Achille-Fould quand celui-ci est nommé secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Aménagement du territoire chargé des transports en mars 1974. Lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 1974, ce girondin soutient logiquement la candidature de Jacques Chaban-Delmas. La défaite de ce dernier fragilise le CDP dont le groupe parlementaire fusionne, en juillet 1974, avec celui des Réformateurs démocrates sociaux pour former le groupe des Réformateurs, des centristes et des démocrates sociaux. Ayant rejoint ce nouveau groupe, Guy Antoune remplace une fois de plus à l’Assemblée Aymar Achille-Fould, lorsque celui-ci revient au gouvernement comme secrétaire d’Etat aux PTT dans le gouvernement Chirac entre janvier 1975 et janvier 1976.

Membre de la commission de la production et des échanges à partir du 18 mai 1973, le député du Médoc intervient peu dans l’hémicycle durant les deux premières années. Il s’intéresse prioritairement aux questions relatives à l’agriculture et plus précisément à la viticulture. Le 23 avril 1975, il pose une question orale avec débat au ministre concerné en l’interpellant sur la dégradation de la viticulture depuis 1974 et la mise en œuvre d’un plan viticole à court et long terme. Il défend les intérêts des Anciens combattants dont il est partie, dans la discussion des crédits des Anciens combattants pour 1975 en soulignant l’intérêt des dispositions relatives aux retraites anticipées. Maire d’une commune qui s’urbanise de façon accélérée sous la poussée périphérique de Bordeaux, Guy Antoune intervient, le 8 avril 1976, dans la discussion du projet de loi portant réforme de l’urbanisme. Mais ses amendements sont soit repoussés, comme celui visant à permettre sous certaines conditions la construction dans les zones rurales boisées, soit retirés, à l’instar de celui tendant à permettre, lorsque les terrains ont été classés par erreur comme espaces boisés, de procéder à une rectification du plan d’occupation des sols (POS). Il déplore le 4 mai 1976 l’augmentation des impôts dans les communautés urbaines. Guy Antoune vote pour le projet de loi Royer d’orientation du commerce et de l’artisanat, le 19 octobre 1973. Il vote contre le projet de loi relatif à l’interruption volontaire de grossesse, le 28 novembre 1974. Il vote en revanche pour le projet de loi portant réforme du divorce le 4 juin 1975.

Guy Antoune démissionne de son mandat parlementaire, le 2 octobre 1976, permettant ainsi à Aymar Achille-Fould de retrouver son siège. Les municipales de mars 1977 voient l’élection du socialiste Pierre Brana à la mairie d’Eysines dont l’électorat a été modifié sous l’effet de la périurbanisation. Guy Antoune se retire alors définitivement de la vie politique. Cet homme qui aimait profondément sa ville natale, s’éteint le 10 janvier 2011. Il est enterré au cimetière du Haillan.

Retour haut de page