Guillaume, Marie, Jean, René Le Graverend

1765 - 1834

Informations générales
  • Né le 9 février 1765 à Rennes (Ille-et-Vilaine - France)
  • Décédé le 27 mai 1834 à Rennes (Ille-et-Vilaine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 20 septembre 1817 au 1er mai 1822
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1817 à 1822, né à Rennes Ille-et-Vilaine) le 9 février 1765, « fils légitime de noble Maître Guillaume Joseph Le Graverend, avocat au parlement de Bretagne et docteur en droit des facultés de Rennes et de Dame Jeanne Françoise Bouffaré son épouse », mort à Rennes le 27 mai 1834, cousin de Jean Marie Emmanuel François Le Graverend, représentant à la Chambre des Cent-Jours, avec lequel tous les biographes l'ont jusqu'à présent confondu, il s'occupa aussi de jurisprudence et fut nommé, le 17 janvier 1806, professeur à la faculté de droit de Rennes.

Devenu avocat général près la cour impériale de cette ville, il fut promu conseiller à la même cour par le gouvernement de la Restauration le 4 août 1818.

Dans l'intervalle, il avait été élu (20 septembre 1817) député d'Ille-et-Vilaine, au collège de département, par 450 voix (882 votants, 1,010 inscrits). Il prit place au côté gauche, parut plusieurs fois à la tribune, parla sur le régime de la presse, combattit la loi des élections, et accusa les hommes du côté droit de « s'isoler des réunions électorales pour avoir le droit de les calomnier ». Il vota contre le monopole du tabac, et, dans la session de 1819, contre les lois d'exception (loi suspensive de la liberté individuelle). Il proposa, sans succès, un amendement portant que les députés qui seraient promus par le gouvernement à un emploi amovible cesseraient de faire partie de la Chambre, à moins qu'ils ne se soumissent à la réélection.

Le Graverend échoua, le 9 mai 1822, dans le 2e arrondissement d'Ille-et-Vilaine, avec 181 voix contre 282 à M. de Corbière, contre lequel il se représenta encore vainement en 1824 et en 1827. La révolution de 1830 le fit président de chambre à Rennes.

On lui doit un assez grand nombre d'ouvrages de jurisprudence estimés, particulièrement sur le droit criminel. Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 23 août 1814.

Date de mise à jour: septembre 2014


Retour haut de page