Michel, Louis, François Huerne de Pommeuse

1765 - 1840

Informations générales
  • Né le 14 février 1765 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 25 juin 1840 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Seine-et-Marne
Groupe
Majorité
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1820 au 17 août 1822
Département
Seine-et-Marne
Groupe
Majorité
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1822 au 24 décembre 1823
Département
Seine-et-Marne
Groupe
Majorité
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Seine-et-Marne
Groupe
Majorité

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1816, et de 1820 à 1827, né à Paris le 14 février 1765, mort à Paris le 25 juin 1840, il était avocat et propriétaire à Pommeuse.

Dévoué à la cause royaliste, il fut élu, le 22 août 1815, député de Seine-et-Marne au collège de département par 106 voix (177 votants, 262 inscrits). Il vota, en politique , avec la majorité. Mais il ne prit guère la parole que sur les questions de finances, dont il se fit en quelque sorte une spécialité. Il demanda par exemple que la taxe des canaux de navigation fût égale au montant des contributions foncières des terrains qu'ils rendent plus productifs par leur passage, et que ces mêmes terrains fussent taxés comme biens de première classe. Dans la discussion du projet de loi relatif à l'amortissement, il fit ressortir les grands avantages que l'on pourrait retirer de cette institution et proposa d'ajouter à la dotation de la caisse les arrérages des rentes viagères qui s'éteindraient par décès et ceux de tout traitement attaché aux places qui vaqueraient pour la même cause.

Non réélu en 1816, M. Huerne de Pommeuse redevint député le 13 novembre 1820, le même collège électoral lui ayant donné 107 voix sur 144 votants, 239 inscrits. Il siégea à droite, continua de se consacrer à peu près exclusivement aux questions économiques, fut réélu député, le 13 novembre 1822, par le 2e arrondissement de Seine-et-Marne (Coulommiers), avec 180 voix (274 votants), puis, le 25 février 1824, avec 182 voix (271 votants, 325 inscrits), soutint le ministère Villèle, et fut chargé, le 16 février 1826, du rapport sur le projet de loi de la réduction des rentes. « Aussi, écrivait un biographe anti-ministériel, la réputation de M. Huerne de Pommeuse, qui avait atteint le pair, est tombée à 60. » En 1827, M. Huerne rentra dans la vie privée.

On a de lui un certain nombre de notices relatives à l'économie politique, aux canaux, aux colonies agricoles, à l'assainissement des marais, etc. Il collabora, en outre, aux Annales des ponts et chaussées, au Journal de l'Industrie, à la Maison rustique, etc.

Retour haut de page