Marie, Théodore, Urbain Garbé

1769 - 1831

Informations générales
  • Né le 25 mai 1769 à Hesdin (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 10 juillet 1831 à Hesdin (Pas-de-Calais - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 3 juillet 1830 au 31 mai 1831
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 10 juillet 1831
Département
Pas-de-Calais

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1831, né à Hesdin (Pas-de-Calais) le 25 mai 1769 « fils légitime de Jacques Théodore Garbé maître boulanger et de Marie Magdelaine Antoinette Warran », mort à Hesdin le 10 juillet 1831, il fut d'abord professeur de mathématiques dans sa ville natale.

A la Révolution, il alla à l'armée du Nord comme simple grenadier, fut envoyé, avec le grade de lieutenant, à l'armée des Alpes, fit les campagnes d'Italie comme capitaine du génie (1er floréal an IV) et d'Egypte sous Bonaparte, fut fait prisonnier par les Autrichiens sous les murs de Mantoue, s'occupa d'organiser le parc du camp de Boulogne, assista à Austerlitz, à Iéna, à Eylau, et passa en Espagne. Officier de la Légion d'honneur, et général de brigade, il fut créé, le 5 août 1812, baron de l'empire.

Après Waterloo, il siégea au comité du génie et travailla à la défense des frontières. Chevalier de Saint-Louis, lieutenant général du génie, il obtint de Louis XVIII, le 17 août 1822, le titre de vicomte. Promu commandeur de la Légion d'honneur le 29 juillet 1814, il fut élevé à la dignité de Grand officier le 2 octobre 1823.

A partir de 1823, sans délaisser ses occupations militaires, il prit goût à la politique. Le 3 juillet 1830, il fut élu député, par le collège de département du Pas-de-Calais, avec 186 voix sur 369 votants et 425 inscrits ; il siégea dans la majorité ministérielle, et fut réélu, le 5 juillet 1831, par le cinquiéme collège électoral du Pas-de-Calais (Montreuil-sur-Mer), cinq jours avant sa mort, avec 131 voix sur 243 votànts et 340 inscrits, contre 111 voix à M. d'Hérambault.

Date de mise à jour: août 2013

Retour haut de page