Jean-Paul Dintrans

1775 - 1852

Informations générales
  • Né le 24 mai 1775 à Tarbes (Hautes-Pyrénées - France)
  • Décédé le 4 mai 1852 à Bordeaux (Gironde - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 6 novembre 1830 au 9 avril 1831
Département
Hautes-Pyrénées
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 avril 1831 au 31 mai 1831
Département
Hautes-Pyrénées
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Hautes-Pyrénées
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Hautes-Pyrénées
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 10 février 1838 au 2 février 1839
Département
Hautes-Pyrénées
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Hautes-Pyrénées
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Hautes-Pyrénées

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1837, de 1838 à 1842 et de 1846 à 1848, né à Tarbes (Hautes-Pyrénées) le 24 mai 1775 « fils légitime de Me Dominique Dintrans avocat en parlement et consul de la présente ville et de Dame Sophie Lafourcade », mort à Bordeaux le 4 mai 1852, il prit part, comme aide commissaire d'administration, aux campagnes de la Révolution et de l'Empire, de 1793 à 1814.

En mission à Saint-Domingue, il fut fait prisonnier par les Anglais, et, lors de son retour en 1803, fut nommé commissaire ordonnateur à Bordeaux par le premier consul, puis ordonnateur en chef du premier corps de la grande armée commandée par Bernadotte, prince de Ponte-Corvo. Il se retira du service en 1815, pour se livrer à l'agriculture.

Le 6 novembre 1830, il fut élu député par le collège des Hautes-Pyrénées, avec 88 voix sur 135 votants et 155 inscrits, en remplacement de M. de Lussy, nommé conseiller à la cour de Pau. Il prit place parmi les partisans de Casimir Périer.

Rappelé comme intendant militaire, et de ce fait soumis à réélection, il obtint un nouveau mandat le 10 avril 1831, par 90 voix sur 136 votants et 157 inscrits. Le 5 juillet de la même année, le ler collège de Tarbes le réélut, par 84 voix sur 156 votants et 180 inscrits, et, le 21 juin 1834, par 72 voix sur 157 votants et 183 inscrits.

Toujours dans le même collège, M. Dintrans fut successivement réélu, le 10 février 1838, par 102 voix sur 169 votants et 231 inscrits, en remplacement de M. Laporte, démissionnaire, et, le 2 mars 1839, par 125 voix sur 155 votants et 234 inscrits. Le 9 juillet 1842, il échoua avec 124 voix contre 128 données à l'élu, M. de Preigne, mais il se représenta, le 1er août 1846, et fut renvoyé à la Chambre par 158 voix sur 310 votants contre 140 voix à M. Fortia.

Chevalier de la Légion d'honneur à la création, il fut promu officier le 12 mars 1815, et commandeur le 30 avril 1835. Le roi de Suède, en récompense des services qu'il lui avait rendus pendant la campagne de Russie, l'avait décoré de l'ordre de l'Etoile polaire.

Date de mise à jour: avril 2018

Retour haut de page