Arnould Humblot-Conté

1776 - 1845

Informations générales
  • Né le 7 novembre 1776 à Villefranche (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 22 janvier 1845 à Chalon-sur-saône (Saône-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 novembre 1820 au 24 décembre 1823
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Rhône
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 31 mai 1831
Département
Rhône
Groupe
Opposition libérale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1820 à 1824, de 1827 à 1831, et pair de France, né à Villefranche (Rhône) le 7 novembre 1776, mort à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) le 22 janvier 1845, fils de Jean-Baptiste Humblot qui avait été député du tiers aux Etats généraux et de Julie Desvernay, il fut négociant, et se trouva, par son alliance avec la famille Conté, à la tête d'une importante manufacture de crayons à Paris.

Maire de Saint-Ambreuil, il se présenta, le 4 novembre 1820, comme candidat libéral, dans le 4e arrondissement de Saône-et-Loire (Charolles), et fut élu député par 193 voix (358 votants, 421 inscrits), contre 126 à M. Bijon, conseiller à la cour de Dijon. Il prit place parmi les « constitutionnels », vota fréquemment dans le sens de l'opposition, et parut plusieurs fois à la tribune.

Il ne fut pas réélu le 6 mars 1824, n'ayant obtenu au collège de département de Saône-et-Loire que 113 voix sur 346 votants ; mais il fut plus heureux le 17 novembre 1827 ; à cette date, sa candidature triompha à la fois dans deux circonscriptions : dans le 4e arrondissement de Saône-et-Loire, avec 124 voix (224 votants, 256 inscrits), contre 94 à M. Thomé de Saint-Cyr, et dans le 3e arrondissement du Rhône (Villefranche), avec 203 voix (286 votants, 337 inscrits), contre 78 au comte de Laurencin.

M. Humblot-Conté, après avoir opté pour Villefranche, reprit sa place au centre gauche de la Chambre, et suivit la même ligne politique que précédemment. Il combattit le ministère Polignac, fut des 221, et obtint sa réélection le 23 juin 1830, par 213 voix (298 votants, 325 inscrits), contre 82 à M. de Montgolfier. Il applaudit à la révolution de Juillet, prit part à l'établissement de la monarchie de Louis-Philippe, et se représenta, mais sans succès, aux élections législatives du 5 juillet 1831 : il échoua avec 132 voix contre 256 à l'élu, M. Carrichon.

M. Humblot-Conté fut alors appelé, par une ordonnance royale du 11 octobre 1832, à siéger dans la Chambre des pairs, où il se montra jusqu'à sa mort le zélé partisan du système gouvernemental.

M. Humblot-Conté était le beau-père du baron Thénard (V. ce nom), qui avait été fait pair de France en même temps que lui ; conseiller général de Sennecey de 1829 à 1833, de Saint-Germain-du-Plain de 1833 à 1840, de Sennecey de 1840 à 1845, il avait présidé le conseil général aux sessions de 1831, 1832, 1834, 1835 et 1838.

Retour haut de page