Alexandre, Louis, Jean-Baptiste, Jacques de La Goupillière-Dollon

1778 - 1856

Informations générales
  • Né le 21 juillet 1778 à Dollon (Sarthe - France)
  • Décédé le 23 juillet 1856 à Dollon (Sarthe - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Sarthe
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 12 juillet 1830 au 31 mai 1831
Département
Sarthe
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1827 à 1834, né à Dollon (Sarthe) le 21 juillet 1778 « du légitime mariage de haut et puissant seigneur Messire Pierre Guillaume Louis de la Gouppillière chevallier et seigneur de La Gouppillière Dollon, Loyau, L'Aunay d'Orthon, Quentin et autres lieux, gouverneur de la ville de Connerré et de haute et puissante dame Madame Jacqueline Françoise Brunet de Mannetot » , mort au château de Dollon le 23 juillet 1856, propriétaire à Semur, il entra dans la carrière politique le 17 novembre 1827, comme député du 4e collège de la Sarthe (Saint-Calais), élu par 122 voix sur 192 votants (214 inscrits), contre 67 à M. de Boisguibert, maire de Montmirail.

Il prit place au centre gauche et vota d'ordinaire avec la fraction la plus modérée de l'opposition constitutionnelle. Un biographe parlementaire disait de lui : « C'est un excellent homme, un bon vivant, dont la carrière législative a commencé dans la nouvelle Chambre septennale. II aime le Roi, la Charte et les plaisirs. » Un autre, de 1828, ajoutait : « Doué d'un superbe physique, M. de Dollon fait de fréquents voyages à Paris, et ne retourne jamais dans ses foyers sans fournir à ses concitoyennes un modèle des modes et de la mise de la capitale. A cet effet, il prend pour compagne de voyage une Parisienne dont l'élégance et la beauté font, pendant six mois, l'envie et l'admiration du beau sexe de son département. Nouveau voyage, nouveau modèle, et, jusqu'à présent, on n'a eu qu'à applaudir au goût exquis de M. de Dollon. »

M. de Dollon, doctrinaire en politique et ami de Royer-Collard, fut des 221, et obtint sa réélection, le 12 juillet 1830, avec 149 voix (230 votants, 257 inscrits), contre 78 à M. Anatole de Montesquiou.

Il se rallia au gouvernement de Louis-Philippe, fut encore réélu, le 5 juillet 1831, par 190 voix (308 votants, 379 inscrits), contre 103 à M. Lelong, et appartint jusqu'en 1834 à la majorité.

Date de mise à jour: août 2013

Retour haut de page