Charles, Henri, Félicité de Sapinaud de la Rairie

1760 - 1829

Informations générales
  • Né le 31 décembre 1760 à La gaubretière (Vendée - France)
  • Décédé le 10 août 1829 à La gaubretière (Vendée - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 20 novembre 1822 au 24 décembre 1823
Département
Vendée
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 6 mars 1824 au 5 novembre 1827
Département
Vendée
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1822 à 1827 et pair de France, né au château du Sourdy, commune de La Gaubretière (Vendée) le 31 décembre 1760, mort au même lieu le 10 août 1829, « fils de messire Charles-Daniel Sapinaud, seigneur des Noües, et de dame Charlotte Gaboin », il entra au service militaire en 1778, comme cadet-gentilhomme au régiment de Foix.

Lieutenant en 1789, il donna alors sa démission. Aux premiers mouvements insurrectionnels dont la Vendée fut le théâtre, il se mit à la tête d'une troupe royaliste, rejoignit Charette, et assista aux affaires de Tiffauges et des Herbiers. Il commanda quelque temps un corps particulier, avec lequel il participa à l'attaque de Mortagne le 24 mars 1794, et à celle de Challans le 6 juin suivant. Il se déclara pour Charette contre Stofflet, dans le différend qui s'éleva entre ces deux chefs, et fut contraint, en juin 1795, de faire sa soumission au général républicain Duthil. Il observa strictement la capitulation qui lui avait été imposée, et refusa de s'associer à la prise d'armes de 1799.

Retiré à Mortagne, il ne revint à Paris qu'avec les Bourbons, fut nommé lieutenant général, prit part aux mouvements vendéens de 1815, et devint, après la mort de M. de La Rochejaquelein, général en chef de l'armée vendéenne. C'est en cette qualité qu'il signa, le 26 juin 1815, l'armistice avec le général Lamarque.

La seconde Restauration le fit cordon rouge, commandeur de Saint-Louis, chevalier de la Légion d'honneur, et inspecteur des gardes nationaux de la Vendée.

Après avoir été mis à la retraite comme lieutenant-général, le 1er juillet 1820, et nommé conseiller général de son département, il fut élu député du grand collège de la Vendée, le 20 novembre 1822, par 118 voix (199 votants, 227 inscrits), et réélu, le 6 mars 1824, par 134 voix (203 votants, 229 inscrits). Plus brave qu'éloquent, M. de Sapinaud siégea silencieusement dans la majorité ministérielle.

Elevé à la dignité de pair de France le 5 novembre 1827, il continua de se montrer dévoué aux Bourbons et mourut moins d'un an avant la révolution de juillet.

Date de mise à jour: septembre 2015


Retour haut de page